In&Out 2009 : les invités

by benoit
Olivier Ducastel & Jacques Martineau

Après des études de cinéma à l’Idhec, durant lesquelles il réalise un court métrage, Le goût de plaire, Olivier Ducastel devient assistant monteur sur le dernier film de Jacques Demy, Trois places pour le 26. Il monte par la suite Nous, les enfants du XXème siècle de Vitaly Kanevski et travaille tour à tour avec Brigitte Roüan, Youssef Chahine, Marco Ferreri, Christine Pascal, Tonie Marshall et Patrick Grandperret.
En 1995, c’est la rencontre avec Jacques Martineau, Agrégé de Lettres et Maître de conférence à l’Université Paris X Nanterre, qui débouche sur la réalisation d’un long métrage à quatre mains. Jeanne et le Garçon formidable avec Virginie Ledoyen et Mathieu Demy, est une histoire d’amour en chanson entre une secrétaire et un jeune homme atteint du SIDA. Après ce premier succès critique, entre sélection officielle au Festival de Berlin et nomination aux Césars, ils tourneront ensemble quatre films : Drôle de Félix, un émouvant road movie avec Sami Bouajdila dans le rôle d’un jeune homo en quête de paternité, Ma vraie vie à Rouen, une chronique caméra au poing sur l’éveil à la sexualité d’un jeune patineur sur glace, Crustacés et coquillages, avec Valérie Bruni-Tedeschi et Gilbert Melki et enfin Nés en 68, avec Laetitia Casta.

Alessandro Avellis
Alessandro fait ses études de cinéma à Rome avant de s’installer à Paris en 2000, où il commence à réaliser des courts métrages, Lovstori et Plus de Paul (2002), présentés dans les festivals internationaux. En 2005, il tourne Ma saison Super 8, son premier long métrage, qui relate les origines du FHAR (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire) le premier mouvement homosexuel et féministe français. Il reprendra ce sujet d’un point de vue documentaire avec La révolution du désir (2006), son second film. En 2007, Les Règles du Vatican, nouveau documentaire, aborde la dérive réactionnaire du Vatican et l’état critique de la laïcité en Italie et en 2008, il suit, dans Transseizième, la campagne électorale de la comédienne transgenre Pascale Ourbih, tête de liste des Verts pour les municipales dans le XVI ème à Paris.

Pascal-Alex Vincent

Après des études de lettres et d’histoire du cinéma à l’université Paris III, il se consacre pendant près de 10 ans à la distribution en France du cinéma japonais classique, Mizoguchi, Ozu, Kurosawa, Naruse… A partir de 2000, il tourne plusieurs courts métrages, dont la forme emprunte à différents styles, de la comédie musicale au dessin animé, qui sont rapidement remarqués dans les festivals : Les Résultats du Bac (2000), Far West (2002), Hollywood malgré lui (2004), Bébé Requin (2005) et Candy Boy tous deux sélectionnés au Festival de Cannes. 2008 est l’année du passage au long-métrage, avec Donne-moi la main, road-movie tourné en France et en Espagne. (merci au Festival de Grenoble pour la photo)

Jean-Luc Verna
La performance, la musique, le dessin, la photographie, la vidéo, tous ces terrains d’expression forment un ensemble cohérent qui s’organise autour du corps, celui de Jean-Luc Verna,  » ce corps de tank, offert, affolant et fragile « . Jean-Luc Verna enseigne son art à la Villa Arson  » prônant le dessin comme acte érotique « . (merci à Brice Dellsperger pour la photo)

Jean-Marc Lalanne

Rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, entre 2001 et 2003, où il est l’un des principaux artisans de l’intérêt prononcé de la Revue pour les nouvelles images, il rejoint ensuite l’hebdomadaire culturel Les Inrockuptibles, également comme rédacteur en chef et occupe cette fonction depuis lors, tout en dirigeant les pages cinéma du magazine. En 2009, avec Stéphane Bouquet, il a publié le premier ouvrage francophone consacré à l’œuvre du cinéaste Gus Van Sant.

Didier Roth-Bettoni

Ancien rédacteur en chef du Mensuel du Cinéma et de La Saison Cinématographique, il a également dirigé les magazines gay Ex æquo et Illico. Il collabore actuellement au magazine Première et à la revue L’Avant-Scène Cinéma. Il est l’auteur en 2007 de L’Homosexualité au cinéma qui reprend toutes les représentations des gays et lesbiennes dans le 7ème art, de son invention à nos jours. Depuis deux ans, il est aussi le co-programmateur du Festival du Film Gay et Lesbien de Paris.