Monthly Archives

4 Articles

Hommage à James Whale, les dates

Trois classiques du cinéma d’épouvante et un film inédit sur la vie de ce génial réalisateur gay.

PROGRAMME COMPLET

Cinéma en plein air
Tennis de la Semeuse (1, rue des Serruriers – Vieux Nice)
Jeudi 6 août : Frankenstein
Jeudi 13 août : La fiancée de Frankenstein
21h30 (entrée libre, pensez à amener un coussin !)

Soirée double-programme
Cinéma Le Mercury (16, Place Garibaldi – Nice)
Jeudi 10 septembre : L’homme invisible + Gods and monsters (inédit)
20h00 (5 euros)

Projections organisées en partenariat avec Lo Peolh Cinéma, La Semeuse et Le Mercury

Quartier d’été, saison 1 : hommage à James Whale

Les Ouvreurs et Lo Peolh Cinéma lancent une nouvelle manifestation estivale : Quartier d’été. Des projections de plein air gratuites à Nice qui souhaitent renouer avec l’esprit du cinéma populaire. Les films proposés seront choisis en raison de leur caractère grands publics et leur appartenance à la culture Queer.
Au programme de cette première saison, un hommage à l’un des pères du cinéma fantastique américain, James Whale, dont l’homosexualité a fortement joué dans le choix de ses films de monstres traqués et rejetés de tous.
Frankenstein
de James Whale (USA, 1931, 1h11) avec Colin Clive (Henry Frankenstein), Boris Karloff (le Monstre) et Mae Clarke (Elizabeth)
Henry Frankenstein, un jeune savant, veut créer artificiellement la vie. Il façonne un corps humain à partir de morceaux de cadavres. Mais au lieu de lui procurer un cerveau sain, son assistant, Fritz, lui fournit celui d’un assassin. Une fois revenu à la vie, le Monstre parvient à s’enfuir. Il tue par accident une petite fille et provoque la colère des villageois qui décident de le tuer.
La Fiançée de Frankenstein (The Bride of Frankenstein)
de James Whale (USA, 1935, 1h15) avec Boris Karloff (le Monstre), Colin Clive (Henry Frankenstein), Ernest Thesiger (Dr. Pretorius) et Elsa Lanchester (Mary W. Shelley et la « Fiancée » du Monstre)
Réfugiée dans les souterrains d’un moulin, la créature de Frankenstein n’a pas succombé à l’incendie du laboratoire provoqué par les villageois révoltés. Capturé par des paysans, il parvient à s’enfuir et se réfugie chez un vieil ermite aveugle, qui lui apprend à parler. Henry Frankenstein, quant à lui, s’associe avec le docteur Pretorius pour créer une fiancée à son Monstre.
L’homme invisible (The Invisible Man)
de James Whale (USA, 1933, 1h11) avec Claude Rains (Jack Griffin), Gloria Stuart (Flora) et William Harrigan (Dr Kemp)
Le jeune savant Jack Griffin a trouvé la formule de l’invisibilité, qu’il a expérimentée sur lui-même sans ce soucier du remède qui lui permettrait de redevenir visible. De plus la transformation l’a rendu fou. Il doit se cacher des autres et va blesser, tuer, provoquant de terribles accidents. Recherché par la police, il arrive toujours à s’échapper.
Gods and Monsters (Ni dieux, ni démons)
dBill Condon (USA, 1998, 1h45) avec Ian McKellen (James Whale), Brendan Fraser (Clayton Boone), Lynn Redgrave (Hanna) et Lolita Davidovich (Betty).
En 1957, James Whale, réalisateur des grands films de monstres du studio Universal dans les années trente, vit seul dans sa villa d’Hollywood. La rencontre avec Clay Boone, un jeune homme, venu s’occuper de son jardin va bouleverser son existence. Il tombe amoureux du jeune homme et lui raconte sa vie, sa participation à la Première guerre mondiale, ses films.

A l’origine des « Ouvreurs »

© jeanpierre paringaux

Les Ouvreurs souhaitent remercier l’écrivain Laurent Herrou, à l’origine de leur nom, Le « trouveur des Ouvreurs » en somme, à l’issue d’une soirée de réflexion collective, placée sous le signe de la mer. Les perles sont en effet à chercher dans les salles obscures autant que dans les huitres. Merci donc à Laurent pour cette belle inspiration.

Toute l’actualité de laurent herrou et de jeanpierre paringaux, son compagnon photographe:

Jeune et homo sous le regard des autres : 5 courts métrages contre l’homophobie

Quand on est adolescent et qu’on s’interroge sur son orientation affective et sexuelle, c’est malheureusement aussi le moment où l’on peut découvrir l’homophobie et sa violence. Cette période est souvent difficile à vivre et peut entraîner de graves troubles, allant parfois même jusqu’au suicide.

Pour mieux lutter contre l’homophobie et ses conséquences (le rejet des autres ou de soi-même), le Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative et l’Inpes (Institut National de Prévention et d’Education à la Santé), en partenariat avec Canal + et les Cinémas Utopia ont organisé un concours de scénarios sur le thème de la prise de conscience de son homosexualité dans notre société. Un jury présidé par André Téchiné a sélectionner les 5 meilleurs scénarios qui ont été réalisés par de jeunes réalisateurs français (Céline Sciamma, Pascal-Alex Vincent, Xavier Gens…)

Pauline
Réalisé par Céline Sciamma, sur une idée originale de Daphné Charbonneau,
Avec Anaïs Demoustier
Durée 7’52

Une jeune fille raconte son histoire, son enfance joyeuse dans une petite vile de province où tout le monde se connaît, la révélation infamante de son homosexualité par un ami de ses parents, le silence des témoins, la douleur de la solitude, la fuite pour s’accepter.

Les incroyables aventures de Fusion Man
Réalisé par Xavier Gens et Marius Vale, sur une idée originale de David Halphen
Avec Raphaël Personnaz, Mélanie Bernier, Frédéric Chau, Félix Moati et Patrick Ligardes
durée : 8’24

Dan, alias Fusion Man, s’apprête à passer la soirée avec son petit ami Marc, quand il est appelé au secours de Raphaël, un jeune homo qui tente de se suicider sous l’influence de Waco, un super vilain qui influence les esprits.

Omar
Réalisé par Sébastien Gabriel, sur une idée originale d’Axel Djossou
Avec François Civil, Karim Zakraoui, Kévin Coélho, Adrien Ruiz, Eriq Ebouaney, Claudia Tagbo et Bouraouia Marzouk
Durée : 8’55

Omar vit dans une cité, qu’il aime et qui l’aime, mais où il ne peut révéler son homosexualité. Ses copains de foot ne laissent passer aucune occasion pour manifester leur homophobie à l’encontre d’Arthur un garçon trop efféminé à leur goût. Omar et Arthur se retrouvent à l’abri des regard, dans les parkings de la cité, pour écrire des poèmes et s’aimer en secret. La découverte de leur relation pousse Omar à quitter la cité.
Omar – Court métrage contre l’homophobie par jydomEn colo
Réalisé par Pascal Alex Vincent, sur une idée originale de Guillaume Nail
Avec Emylou Brunet, Laura Boujenah, Côme Levin, Axel Wursten, Paul Perles et Alexis Michalik, durée : 7’43

Lors d’un jeu autour du feu de camp, deux jeunes garçons, Mathieu et Maxime, ont pour défi de s’embrasser. Le baiser provoque un certain émoi chez eux et des réactions homophobes de plus en plus directes des autres jeunes du groupe à l’encontre de Maxime. En retrait, le moniteur, beau et sportif, veille.

Basket et Maths
Réalisé par Rodolphe Marconi, sur une idée originale de Sébastien Perroy
Avec Jean-Denis Marcoccio, Aurélien Baty et Ugo Venel
Durée : 6’02

Jérôme est amoureux de Cédric, mais n’arrive pas à s’avouer qu’il est homosexuel. Lors d’un cours particulier de maths, Cédric embrasse Jérôme sur un coup de tête, sans comprendre lui-même son acte. Il fait comme s’il ne s’était rien passé. Les deux jeunes garçons devront apprendre à accepter leur homosexualité.