Yearly Archives

16 Articles

Les «Jeudi Queer» du Mercury : Les Invisibles

Rendez-vous régulier, le jeudi soir à 21h30 (auxquels s’ajoutent d’autres horaires les jours suivants – restez vigilants…) pour vous permettre de (re)découvrir des films «queer» récents. Cette semaine, un grand film à ne manquer sous aucun prétexte :
LES INVISIBLES
de Sébastien Lifshitz (France, 2012, 1h55)
Des hommes et des femmes, nés dans l’entre-deux-guerres. Ils n’ont aucun point commun sinon d’être homosexuels et d’avoir choisi de le vivre au grand jour, à une époque où la société les rejetait. Ils ont aimé, lutté, désiré, fait l’amour. Aujourd’hui, ils racontent ce que fut cette vie insoumise, partagée entre la volonté de rester des gens comme les autres et l’obligation de s’inventer une liberté pour s’épanouir. Ils n’ont eu peur de rien.
« Aucune histoire ne ressemble à l’autre, même si des constantes reviennent : une dialectique toujours à l’oeuvre entre discrétion et affirmation de soi, une volonté farouche de vivre en accord avec ses désirs, un goût prononcé pour le plaisir et la liberté. « Nous étions des marginaux. C’est ce qui nous donnait la liberté », dit l’un des personnages. Regarder, écouter ces belles personnes pendant les deux heures que dure le film, c’est prendre un shoot de joie qui dissipera d’un coup les mauvaises pensées du mois de novembre. » LE MONDE
Jeudi 20 déc. à 21h35
puis vendredi 21 déc. à 17h40 et le dimanche 23 déc. à 19h10
Cinéma Le Mercury, 16 Place Garibaldi – Nice – 08 92 68 81 06 – http://www.mercury-cg06.fr

BANDE ANNONCE 


Et toujours, en seconde semaine :
SUR LE CHEMIN DES DUNES de Bavo Defurne (Belgique, 2011, 1h36)
Jeudi 20 déc. à 18h20 puis vendredi 21 déc. à 19h15 et samedi 22 déc. à 20h10

Le Jour le plus court 2012

Le 21 décembre 2012, c’est Le jour le plus Court, la fête du Court métrage dans toute la France, à l’étranger et sur tous les écrans (www.lejourlepluscourt.com/). A l’occasion de  cette opération organisée par le CNC et l’Agence du Court pour promouvoir le court métrage auprès du grand public, Les Ouvreurs et SIS Association proposent une programmation de films abordant le rapport entre adolescence, sexualité et altérité.
Ils poursuivent, par ce biais ludique, leurs actions de sensibilisation autour des questions de discriminations liées à l’orientation ou l’identité sexuelle, en direction des lycéens niçois. Point d’orgue de cette programmation, le film Ce n’est pas un film de cowboy de Benjamin Parent a reçu la Queer palm du court métrage au dernier Festival de Cannes et est sélectionné au César 2013 du meilleur court métrage.
Les Ouvreurs remercient l’association Héliotrope qui a coordonné le dispositif au niveau locale et a apportée une aide technique précieuse pour la mise en oeuvre de la projection (www.nicefilmfestival.com/court-metrage/le-jour-le-court/).
La projection, prévue à 14h00 au Cinéma Le Mercury, est totalement gratuite et ouverte à tous. En revanche, elle sera suivie d’une discussion réservée au public scolaire présent pour l’occasion.
PROGRAMME « ADOLESCENCE, SEXUALITE ET ALTERITE » 
(durée : 1h12)
TOUT LE MONDE DIT JE T’AIME
de Cécile Ducrocq (2010 / Fiction / 6′)
Marion quatorze ans, vient de recevoir un mot d’amour de son copain. Elle demande l’avis de sa meilleure amie, Joséphine mais les deux jeunes filles ne sont pas d’accord quant à l’interprétation du mot «Je t’aime».
EN COLO
de Pascal-Alex Vincent (2009 / Fiction / 7’43)
Lors d’un jeu autour du feu de camp, deux jeunes garçons, Mathieu et Maxime, ont pour défi de s’embrasser. Le baiser provoque un certain émoi chez eux et des réactions homophobes de plus en plus directes des autres jeunes du groupe à l’encontre de Maxime. En retrait, le moniteur, beau et sportif, veille. Ce film fait partie du programme «Jeune et homo sous le regard des autres» produit par le Ministère de la Santé et l’INPES
AGLAÉE
de Rudi Rosenberg (2010 / Fiction / 19’43)
Dans la cour du collège, Benoît perd un pari contre ses copains et reçoit en gage de proposer à Aglaée, une élève handicapée, de sortir avec lui. Mais les choses ne tourne pas du tout comme il l’avait prévu. Ce film a reçu le Prix d’interprétation féminine au Festival Premiers plans d’Angers 2011.
VIBRACALL
d’Esmir Filho (2005 / Fiction / 3’40)
Quand la téléphonie mobile devient plaisir en plein milieu d’une salle de classe…. Vibrant et plein d’humour.
CE N’EST PAS UN FILM DE COWBOY
de Benjamin Parent (2012 / Fiction / 12′)
Le Secret de Brokeback Mountain est passé hier soir à la télé. Vincent l’a regardé et profite de la récréation, dans l’intimité des toilettes du collège, pour raconter naïvement le film à son ami Moussa. De l’autre côté du mur, dans les toilettes des filles, Jessica a elle aussi vu le film et a des questions à poser à Nadia sur ses deux papas.Sélectionné à la Semaine de la Critique en 2012, ce film a obtenu la Queer Palm du Meilleur Court métrage lors du dernier Festival de Cannes et il concourt pour le César 2013 du Meilleur Court métrage.
BASKET ET MATHS
de Rodolphe Marconi (2009 / Fiction / 6’02)
Jérôme est amoureux de Cédric, mais n’arrive pas à s’avouer qu’il est homosexuel. Lors d’un cours particulier de maths, Cédric embrasse Jérôme sur un coup de tête, sans comprendre lui-même son acte. Il fait comme s’il ne s’était rien passé. Les deux jeunes garçons devront apprendre à accepter leur homosexualité. Ce film fait partie du programme «Jeune et homo sous le regard des autres» produit par le Ministère de la Santé et l’INPES
I DON’T WANT TO GO BACK ALONE
de Daniel Ribeiro (2012 / Fiction / 17′)
Léonardo, jeune brésilien aveugle et sa meilleure amie, Giovana, voient arriver un nouvel élève dans leur lycée. Entre amitié, amour et jalousie, leur vie plutôt calme va en être bousculée. Quand la sexualité n’est pas un problème, quand on ne voit qu’avec le coeur et que l’essentiel est invisible pour les yeux. Une jolie petite leçon de vie.

Les «Jeudi Queer» du Mercury : Sur le Chemin des Dunes

SUR LE CHEMIN DES DUNES
de Bavo Defurne (Belgique, 2011, 1h36)
avec Ben Van den Heuvel, Eva Van der Gucht, Thomas Coumans

Fin des années 60, une ville oubliée de la côte belge. Pim vit seul avec sa mère, une ancienne reine de beauté devenue chanteuse de cabaret. Pim égaie ses journées en dessinant et en rêvant à des vies imaginaires. Il exprime ses désirs en collectionnant en secret des objets qu’il garde précieusement dans une boîte à chaussures. À l’aube de ses 16 ans, sa relation avec son meilleur ami, Gino, va prendre une autre direction. Quant à la mère de Pim, Yvette, elle a ses propres rêves. Fatiguée de ses soupirants et de sa vie monotone, elle aspire à tout quitter pour partir à la découverte du monde.


« Film tendre et cruel, aux personnages secondaires typés, attendrissants et forts (notamment celui de la mère dépressive de Gino), Sur le chemin des dunes est un film curieux, qu’il faudrait peut-être montrer aux adolescents, à la fois pour qu’ils ne se fassent pas trop d’illusions et pour qu’ils n’en revendiquent pas moins leur sexualité, quelle qu’elle soit. C’est ce qu’on appelle un joli film, un film avec de bonnes intentions qui aide à comprendre un peu mieux les autres : c’est déjà pas mal. » LES INROCK


Jeudi 29 nov. à 21h30

puis vendredi 30 nov. à 15h00, lundi 3 déc. à 14h00 et mardi 4 déc. à 20h00

Voir l’interview du réalisateur, réalisé par YAGG.COM 


BANDE ANNONCE

Journée mondiale de lutte contre le Sida : deux dates pour informer et prévenir


 
A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida 2012, Les Ouvreurs participent à deux grandes journées de sensibilisation et d’information à Nice et à Cannes.
Le constat est toujours aussi accablant pour notre région. Les indicateurs y montrent une épidémie persistante et active, la région PACA est la 2ème région de France après IDF, avec les Alpes-Maritimes et les BdR les deux départements les plus touchés de la région. Les 20-29 ans représentent  22 % des découvertes de séropositivité dans les AM entre 2003 et 2011. L’heure est donc toujours à la mobilisation.

AGENDA

SAMEDI 1ER DECEMBRE 2012 A NICE 
Programme des actions organisées par le Collectif de Lutte contre le Sida des Alpes-Maritimes (Actes, Aides, l’ASA, le Centre LGBT Côte d’Azur, le CDAG du Conseil Général 06, le CODES 06, la Mutualité française 06, les Ouvreurs, le Planning familial et SIS Association) en partenariat avec AIDES/SIDA : FONDS POUR LA MEMOIRE.
17h30 Rassemblement, Place Magenta 
18h00 Marche aux flambeaux, Place Magenta ; Place du Pin
19h00 Prises de paroles, illumination du ruban rouge et minute de silence, Place du Pin
20h30 Projection de «We Were Here» suivi d’un débat, Cinéma Le Mercury (entrée libre)

DIMANCHE 2 DECEMBRE 2012 A CANNES 
Programme des manifestations inter-générationnelles organisées par la Mairie de Cannes et SIS Association, en partenariat avec de nombreux autres acteurs de terrain (le Conseil général des Alpes-Maritimes, Cannes Bel Age, la Croix-Rouge Française, l’Institut de Formation en Soins Infirmiers, les structures jeunesse de la Ville de Cannes, l’Action Santé Alternative du Bassin Cannois, l’Espace Santé Jeunes, la Direction de l’Hygiène et de la Santé et d’autres services municipaux)
11h30 Bain de solidarité et pause gourmande, Plage Macé
12h00 Stands, animations et démonstrations, soins osthéopathiques, Square Reynaldo Hahn
16h30 Projection de «Drôle de Felix, suivi d’un débat; Cinéma Les Arcades 
(entrée 6,50€, des invitations seront distribuées aux participants de la journée)

FILMS

WE WERE HERE – NOUS ETIONS LA
de David Weissman et Bill Weber (USA, 2011, 1h30)

Le film nous dévoile les premiers cas de sida, l’impuissance de la communauté scientifique face à ce virus alors inconnu, la médiatisation de l’épidémie, la mobilisation de la communauté civile, la création des associations et le courage sans faille des militants qui ne lâcheront rien jusqu’à l’arrivée des premières trithérapies en 1996…
Au travers de cinq point de vue, il retracent les années noires du sida et l’engagement de ceux qui ont du y faire face, dans le San Francisco des années 1980, où se concentrait la plus grande communauté homosexuelle des Etats-Unis. Face à l’hécatombe, au rejet social des malades et à l’incompréhension des chercheurs, face au besoin de prévention, de traitement et de soutien aux personnes séropositive, les premiers militants, les grandes figures de la recherche, les personnes malades, leurs proches… étaient là.

DROLE DE FELIX 
d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau (France, 2000, 1h35)
Pour faire la rencontre de son père qu’il ne connaît pas, un jeune Dieppois se rend à Marseille. Il choisit l’auto-stop comme moyen de transport et n’hésite pas à emprunter des chemins de traverse. Parti pour faire la connaissance de son père réel, c’est en fait une famille idéale que Félix se construit tout au long de son trajet : un petit frère, une grand-mère, un cousin, une soeur…

«Avec ce second film, le duo Ducastel et Martineau confirme un univers singulier, mélange continuel de légèreté gracieuse et enchanteresse sur fond de désespoirs contemporains. Comme avec Jeanne (et le garçon formidable), les personnages s’ancrent dans notre réel, celui du SIDA, du chômage, du racisme, des familles éclatées. Drôle de Félix est un road-movie solitaire peuplé de rencontres de hasard mais jamais hasardeuses à l’exception des fachos.» – LES INROCK

BANDES ANNONCES

Les «Jeudi Queer» du Mercury : Weekend

Depuis sa réouverture et sa modernisation (avec le passage au numérique pour ses trois salles), le Cinéma Le Mercury décide de faire une place dans sa programmation hebdomadaire au cinéma «queer», avec le soutien des Ouvreurs.
Le principe est simple : un rendez-vous fixe, le jeudi soir à 21h30 (auxquels s’ajoutent d’autres horaires les jours suivants – restez vigilants…) pour vous permettre de (re)découvrir des films «queer» récents, en reprise ou en exclusivité, dont vous en avez entendu parlé dans la presse spécialisé ou que vous avez manqué lors de leur passage au Festival In&Out.
Après un mois d’octobre illuminé par le magnifique Keep the lights on d’Ira Sach (Teddy Award 2012 du meilleur film), le second film proposé pour ce «queer» rendez-vous est le sublime Weekend d’Andrew Haigh. Les deux films avaient fait l’unanimité lors de leur passage en avant-première durant les dernières Rencontres In&Out.
WEEK-END d’Andrew Haigh
Jeudi 8 novembre à 21h30 puis les vendredi 9 novembreà 14h et dimanche 11 novembre à 21h15
Reprise de KEEP THE LIGHTS ON d’Ira Sach
Vendredi 9 novembre à 19h, lundi 12 novembre à 19h40
A venir dans deux semaines 
80 JOURS de Jose Mari Goenaga et Jon Garaño
Cinéma Le Mercury – 16, place Garibaldi 06300 – 08 92 68 81 06 – http://www.mercury-cg06.fr/

Caravaggio, chef-d’oeuvre de Derek Jarman

Pour la deuxième saison, le projet «Cinecittà» installe le cinéma au Théâtre de la Cité. Tentant de raviver le souvenir d’une époque où la salle s’appelait encore le «Cinéma Rex», il porte l’ambition de permettre au 7ème art de (re)trouver sa place au sein de la programmation théâtrale en l’enrichissant de nouveaux horizons.
Premier rendez-vous cinéma, en avant première du spectacle Moi Caravage, nous n’avons pas pu résister au plaisir de vous proposer le superbe film Caravagio de Derek Jarman. 
La vie passionnée du peintre lombard Michelangelo Merisi dit « Le Caravage » (1569-1609), protégé du Cardinal del Monte, et sa liaison bisexuelle tourmentée et scandaleuse. Après avoir fait son apprentissage, le peintre Caravaggio se rend à Rome où il mène une vie misérable en vendant ses tableaux dans la rue. Alors qu’il est hospitalisé, Caravaggio reçoit la visite du Cardinal Del Monte qui le prend sous sa protection. Mais le peintre va succomber au charme d’un jeune modèle vénal et de sa jeune femme, une belle prostituée. Pris au piège de cette relation triangulaire, Caravaggio est mêlé à de sombres intrigues et finit par poignarder son modèle. 
Lundi 15 octobre à 19h00
CARAVAGGIO
de Derek Jarman (Royaume-Unis, 1987, 1h33, VOST) 
avec Tilda Swinton, Nigel Terry et Sean Bean
Projection en partenariat avec Lo Peolh Cinéma 

Les Ouvreurs s’invitent au Festival du Cinéma belge de Cannes

Pour poursuivre le fructueux partenariat entre Les Ouvreurs et le Cinéma Les Arcades, nous vous proposons la projection, en avant première, du film belge :

HORS LES MURS
de David Lambert (Belgique, 2012, 1h38)
Avec Guillaume Gouix, Matila Malliarakis, David Salles
Paulo, un jeune pianiste, rencontre Ilir, un bassiste d’origine albanaise. Aussitôt, c’est le coup de foudre. Du jour au lendemain, Paulo quitte sa fiancée pour s’installer chez Ilir. Le jour où ils se promettent de s’aimer pour la vie, Ilir quitte la ville et ne revient plus.

« Les deux comédiens sont superbes : Guillaume Gouix, avec son naturel. Matila Malliarakis, avec sa composition au millimètre. Le film, lui, est tout discret, tout modeste. Mais, pour continuer la comparaison avec Les Parapluies de Cherbourg — autre histoire d’amour malmenée par le temps —, il suffit d’imaginer Guillaume Gouix en Nino Castelnuovo et Matila Malliarakis en Catherine Deneuve pour trouver soudain Hors les murs inventif et rigolo ». TELERAMA

Dimanche 7 octobre 2012 à 19h45 au Cinéma Les Arcades / Cannes 

Cet événement est proposé dans le cadre du Festival du Cinéma Belge organisé par Ciné Croisette et le Cinéma Les Arcades, en partenariat avec les OuvreursLA PROJECTION SERA SUIVIE D’UN DEBAT AVEC LE REALISATEUR, DAVID LAMBERT.

Quartier d’été, saison 4 : Victor Victoria

Pour la 4ème saison, Les Ouvreurs et Lo Peolh Cinéma proposent le mercredi 11 juillet 2012 une projection de plein air gratuite dans le cadre de leur manifestation «Quartier d’été». Plusieurs partenaires – l’association NOUS (Nice Ouverture Union Solidarité), le CIDFF (Centre d’Information des Femmes et des Familles) et SIS Association – co-organisent cet événement qui s’inscrit désormais dans le prolongement de la Semaine du Genre, organisée chaque année en mars.

Pour clore le cycle des comédies « en-chantées » entamé il y a deux ans avec Cabaret de Bob Fosse et Certains l’aiment chaud de Billy Wilder, les spectateurs pourront (re)découvrir sur grand écran et dans une magnifique copie restaurée Victor Victoria de Blake Edwards (Etats-Unis – 1982 – 2h12 – vost – 35mm).

Le film nous plonge dans le Paris des Années folles, où Victoria Grant, chanteuse classique, ne trouve plus de contrat et se retrouve à la rue. Elle rencontre Toddy qui la pousse à se faire passer pour le comte Victor Grezhinski, chanteur transformiste à la voix de castrat. Le subterfuge fonctionne et Victoria/Victor connaît un immense succès au point d’attirer l’attention de King Marchand, un producteur de spectacles américain en lien avec la pègre de Chicago. «Une petite merveille de grâce et d’humour. Edwards porte à son point de perfection ses thèmes favoris : l’ambiguïté sexuelle et le jeu sur les apparences. (…) Mais le film est surtout un hymne à la tolérance et à l’amour.» TELERAMA

En première partie, Loïc Bettini et ses Marionnettes du Soleil devraient émerveiller petits et grands.

Un changement important marque cette édition 2012, puisque le lieu de la projection se déplace vers l’Est , à l’Ecole St Roch, des travaux rendant indisponibles les habituels terrains de tennis de la Semeuse, dans le Vieux Nice. Ouverte à tous, cette soirée propose l’occasion d’une sortie conviviale et d’un moment de partage autour du verre de l’amitié offert sur place. Il est possible de venir pique-niquer sur place à partir de 20h.

Nous espérons vous y voir nombreuses et nombreux.
Horaires
20h00 : Ouverture des portes (pique-nique possible).
21h00 : Loïc Bettini et les Marionnettes du Soleil
21h30 : Projection du film (pensez à amener un coussin)
Lieu de projection
ECOLE ST ROCH, Place St Roch – Entrée 2 rue Fornero Meneï 
(Tram : Station St Roch)
Projection gratuite 

In&Out 2012, rendez-vous cinématographique incontournable…

by thomas

…porté par un public de plus en plus nombreux.
Les 4e Rencontres In&Out, le Festival du Film Gay et Lesbien de Nice, se sont achevées le 5 mai dernier par une double séance spéciale, organisée pour la première fois à Cannes. A l’image de cette journée «Hors les murs», qui a accueilli plus de 160 spectateurs, le festival a connu une nouvelle fois un incontestable succès. 
L’affluence en forte hausse et l’accueil formidable d’un public toujours aussi divers, confirment la place de la manifestation comme événement incontournable du paysage culturel azuréen. Durant les 11 jours de projections et de débats, 3836 personnes (contre 3348 en 2011) se sont déplacées, soit une moyenne de 348 personnes/jour.
La grande richesse et la diversité de la programmation ont su répondre aux attentes du plus grand nombre, grâce aux thématiques abordées (les questions de genre, l’homoparentalité, la mémoire du cinéma LGBT…), aux nombreux long métrages inédits, à la place importante donnée aux documentaires et aux courts métrages.
Par ailleurs, le travail du festival reste avant tout de promouvoir la parole des artistes. Les Ouvreurs ont été enchantés d’accueillir d’aussi prestigieux invités que les réalisateurs Bruce LaBruce, Lionel Soukaz, Vincent Dieutre, Emilie Jouvet et HPG, le créateur des Teddy Awards Wieland Speck, l’écrivaine Wendy Delorme et la performeuse Louis(e) de Ville. Une nouvelle génération de cinéastes était également présente avec Thomas Riera, Bérénice André, Chriss Lagg et Coralie Prosper.
Cette réussite tient aussi à toutes les nouveautés proposées cette année pour enrichir la manifestation. La création d’une séance spéciale de courts métrages est à ce titre exemplaire, ayant accueilli à elle seule près d’une centaine de spectateurs. De même le choix d’ouvrir In&Out à de nouveaux lieux et de l’enrichir d’événements touchant à d’autres domaines artistiques a permis d’intéresser de nouveaux publics. Les spectacles proposés au Théâtre de la Cité – Betty Speaks et Le Cabaret Décalé – ont attiré plus de 250 spectateurs et plus d’une centaine de personnes se sont déplacées à la Librairie Vigna pour le vernissage de l’exposition photographique Dyke Eyes, couplé à la lecture du livre La mère, la Sainte et la Putain.
Cette 4e édition d’In&Out n’aurait pas été possible sans l’incroyable travail de l’équipe de bénévoles des Ouvreurs et l’indispensable soutien des nombreux partenaires du festival, notamment Lo Peolh Cinéma, l’Eclat, Air France, Prends-moi, SIS Association, AdN, Les Méduses, Cannes Cinéma, et celui des commerçants locaux.
Nous sommes impatient(e)s de vous retrouver nombreuses et nombreux, du 16 au 25 avril 2013, pour les 5e Rencontres Cinématographiques In&Out, édition anniversaire qui ne manquera pas de vous surprendre.
Benoît Arnulf 
Directeur artistique d’In&Out



In&Out 2012, Gender Trouble !

by thomas

Les Ouvreurs ont le plaisir de vous convier du 24 avril au 3 mai à la 4e édition des Rencontres cinématographiques In&Out, le Festival du Film Gay et Lesbien de Nice / Nice Queer Film Festival, qui place les questions de genre, «Gender trouble», en thème central de sa programmation. Fait nouveau cette année, la manifestation sera présente sur cinq lieux de projections – le MAMAC, le Théâtre de la Cité, la Villa Arson, Le Mercury, Le Rialto, et pour la première fois de son existence, le festival proposera une journée spéciale «Hors les murs» à Cannes.
Avec plus de 25 films sélectionnés dans les plus grands festivals européens (Berlinade, Cannes, Chéries Chéris, Pink Screens), In&Out offre, une fois encore, une programmation ambitieuse et variée, mélangeant œuvres « grand public » ou de patrimoine et cinéma expérimental. 
Vous pourrez découvrir en exclusivité plusieurs des films événements du dernier festival de Berlin : deux lauréat des Teddy Awards 2012, le sublime Keep the lights on d’Ira Sachs (meilleur film) et le très engagé Jaurès de Vincent Dieutre (Prix du jury) ; La Parade de Srdjan Dragojevic, une comédie noire qui passionne contre toute attente les  pays de l’ex-yougoslavie ou encore Mommy is coming, une incursion délirante et décomplexée de Cheryl Dunye dans le monde porno lesbien. A cette occasion nous avons le grand honneur de recevoir Wieland Speck, le directeur du Panorama, principale section parralèle de la Berlinade et créateur des Teddy Awards. 
Comme à l’habitude, les comédies musicales ne sont pas en reste, le Festival proposant Mary Lou, la mini-série musicale d’Eytan Fox considérée comme le Glee israélien, ou encore House of Boy de Jean-Claude Schlim.
In&Out poursuit son travaille d’illustration de la mémoire cinématographique queer en proposant plusieurs films remarquables et totalement inédits à Nice : Race d’Ep ! et Le Sexe des Anges de Lionel Soukaz, tournés dans l’esprit de la libération sexuelle des années 70 et considérés comme les premiers films français ouvertement gay ou encore Raspberry Reich le brûlot politique de Bruce LaBruce.
Des événements spéciaux accompagnent les projections : Dyke Eyes une exposition de photographies d’Emilie Jouvet et la présentation/dédicace du dernier livre de Wendy Delorme La Mère, la Sainte, la Putain à la Librairie Vigna ; Betty Speaks le dernier spectacle de Louise de Ville et Le Cabaret décalé la pièce événement de la Compagnie Miranda, le tout au Théâtre de la Cité. En un mot, In&Out reste plus que jamais la célébration incontournable de la créativité queer sur la Côte d’Azur.
Une manifestation ouverte sur la ville et le monde, en quête de publics d’horizons divers, qui sera résolument plus politique cette année, puisqu’elle s’inscrit entre les deux tours de l’élection présidentielle française. L’occasion idéale d’ouvrir le débat sur des sujets d’actualités qui devraient animer la campagne comme l’homoparentalité, l’homophobie en Europe, la question des Sans papiers, le Genre ou la vie de couple homosexuelle.
Du côté des invités In&Out pourra compter entre autres noms prestigieux : Bruce LaBruce, figure emblématique de la scène gay transgressive, qui viendra mixer lors d’une soirée spéciale au Glam qui s’annonce mémorable ; Lionel Soukaz, une grande mémoire du cinéma militant LGBT français, mais aussi des Riots girls adeptes d’un féminisme pro-sexe : Emilie Jouvet (cinéaste), Wendy Delorme (universitaire), Louise de Ville (performeuse) et Chris Lagg (cinéaste), Vincent Dieutre ou encore HPG, incontournable de la scène porno française. Bien entendu, des surprises restent encore à venir.
Nous vous souhaitons de bonnes rencontres In&Out 2012, et espérons vous compter parmi nos nombreux festivaliers cette année encore.

La Semaine du Genre – 2e édition

De nouveaux outils pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes

A partir de projections-débat, d’ateliers thématiques, de tables-rondes, cette manifestation a pour but de rendre accessible la problématique des stéréotypes liés au genre et d’accompagner l’émergence de nouveaux outils, projets et bonnes pratiques favorisant l’égalité entre les femmes et les hommes, entre les filles et les garçons.

Ce projet, novateur dans le Département des Alpes Maritimes, vise à donner aux acteurs et actrices de terrain une meilleure compréhension des usages et des enjeux sociaux, culturels et politiques du genre.

Thème : masculin / féminin : comment la famille, l’école, l’Etat, la religion, l’entreprise nous façonnent ? C’est quoi être un garçon ? C’est quoi être une fille ? Comment le cinéma peut-il servir d’outil de sensibilisation aux rapports sociaux de sexe ? Etc. Au cours de cette semaine, participez à des ateliers et conférences, venez découvrir des films sur le genre…

Nous vous invitons à venir nombreux et nombreux à cette 2e édition.
Dates : lundi 26 au jeudi 29 mars 2012
Lieu : place Garibaldi – Nice

Plus d’infos sur semainedugenre2012

Queer à la cité #7 : Fake Orgasm

Dans le cadre du projet Cinecittà, nouvel écran sur Nice…
Tous les mois, entre octobre et mai, une séance de cinéma ou un spectacle de Théâtre/Danse dans un lieu magique et historique qui invite au croisement de pratiques artistiques, dans un esprit de liberté.
Après un spectacle de danse, les Ouvreurs réinvestissent le Théâtre de la Cité pour une nouvelle projection. Et pour ce nouveau rendez-vous :
Jeudi 15 mars 2012 \ 20h00
FAKE ORGASM
de Jo Sol \ Documentaire \Espagne \2010 \1h20 \ VOST \ 35mm
Un documentaire à rebondissements qui incarne le «trouble dans le genre»
Pour accompagner la «Semaine du Genre» organisée par NOUS et le CIDFF

Ce qui semble, à première vue, une réflexion cocasse sur la simulation en amour se transforme en discours caustique sur la théorie des sexes et des identités. La camera de Jo Sol a suivi Lazlo Pearlman, artiste en mouvement, tantôt prestidigitateur, tantôt activiste, qui offre dans ses spectacles une incarnation des questions «queer». 
Son corps mis à nu dans ses performances est la matière même de son art et l’objet des réflexions qu’il tente de partager avec son public. Provocateur, il frappe les esprits et ne recule devant rien pour ébranler les idées reçues sur le sexe, le genre et les faux semblants. 
Backstage, Lazlo débat avec Maria Llopis (Collectif Girzlwholikeporno) sur la pertinence de sa démarche, commente les interviews de Judith Butler et de Beatriz Preciado, pose avec la top model Nina Braunsteiner. Un portrait d’une rare intensité.
«A provocative docu from a provocative helmer on a provocative subject» VARIETY.COM
Tarif unique : 6 €
Pass Pink 3 films + 1 spectacle : 27 €
Réservations et informations : 04 93 16 82 69 // unionbproud@gmail.com ou info@theatredelacite.fr

Projet CINECITTA 2011/2012 \ Nouveau Théâtre de la Cité \ Ancien Cinéma REX – 3 rue Paganini 06000 Nice,  http://www.theatredelacite.fr
Organisée par Bproud, Le Théâtre de la Cité, Lo Peolh Cinéma et les Ouvreurs. + d’infos sur :


BANDE ANNONCE


Journée de réflexion autour de la lutte contre l’homophobie en milieu scolaire

Samedi 3 décembre 2011, la Coordination LGBT PACA, regroupant la plupart des associations LGBT (Lesbien, Gay, Bi et Trans.) de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, a proposé sa seconde journée de travail autour du thème de la lutte contre l’homophobie en milieu scolaire.
Quelle structure pouvez-vous faire intervenir selon les situations ? Quelles approches pédagogiques ? Comment fonctionnent nos interventions ? A quel moment faut-il intervenir ? Les interventions sont elles compatibles avec les compétences de l’école ? Repérer les comportements à risque et savoir y répondre. Autant de questions auxquelles nous avons tenté de répondre ensemble : associations, artistes, élu-e-s, représentantes du rectorat, enseignant-e-s, assistant-e-s sociaux-ales..
Au nombre des représentants institutionnels, étaient présents : Mme Christiane ROSSETTO, IEN Prévention-Gestion des Discriminations, Académie d’Aix-Marseille ; Mme Joëlle DURANT, infirmière conseil auprès du rectorat, Académie d’Aix-Marseille ; Mme Yolande ESKENAZI, ancienne déléguée régionale de la Halde, rattachée au Défenseur des Droits ; Mme Fatima Orsatelli, conseillère régionale, représentant  le président M. Michel Vauzelle ; Mme Aïcha Sif , coprésidente du groupe EELV et M. Pierre Souvet, secrétaire général de l’ORS (Observatoire Régional de la Santé).
Les Ouvreurs, avec leurs partenaires SIS Association et la Mutualité française 06, ont présenté le disposition d’intervention en milieu scolaire qu’ils développent sur le département des Alpes-Maritimes depuis 4 ans maintenant et qui connaît un succès croissant.
Quelques chiffres pour comprendre l’évolution de cette action depuis sa création :
  • en 2008-2009 : 1 établissement, 2 séances, 70 élèves
  • en 2009-2010 : 2 établissements, 8 classes, 300 élèves (+ 330 %)
  • en 2010-2011 : 4 établissements, 23 séances, 600 élèves (+ 100 %)
  • en 2011-2012 : 14 établissements, 70 séances, 1873 élèves ( + 210 %)

Sur les photos 1 & 2 (de droite à gauche) les intervenants niçois Benoît Arnulf (Les Ouvreurs), Jean-Pierre Paringaux (SIS Association) et Henri Deschaux-Beaume (La Mutualité Française 06)  aux côtés des coordinateurs de la journée Romain Donda (SOS Homophobie) et Sandrine Poulteau (L’autre Cercle).


Plus d’informations ici : http://www.lgbt-paca.org/3decembre

Queer à la cité #6 : Thanks for the adds

Dans le cadre du projet Cinecittà, nouvel écran sur Nice…
Tous les mois, entre octobre et mai, une séance de cinéma ou un spectacle de Théâtre/Danse dans un lieu magique et historique qui invite au croisement de pratiques artistiques, dans un esprit de liberté. Et pour le second rendez-vous :

Jeudi 9 février 2012 \ 21h00
THANKS FOR THE ADD  [merci d’être mon @ami]
de Yourik Golovine 

Une performance dans un espace contraint, du danseur et chorégraphe Avignonnais Yourik Golovine, accompagné par le DJ Soul Freak brother.
Thanks for the add [merci d’être mon @mi] nous plonge dans l’univers des avatars, personnages irréels qui peuplent la sphère du web. Ce spectacle met en scène un internaute qui, via son ordinateur, manipule une créature dansante piégée dans les lumières du virtuel. 
Une danse de métamorphoses sur une toile musicale actuelle.
Un cube lumineux, de trois mètres sur trois. Un DJ à la musique âpre et corrosive. Et un solo de danse à la fois virtuose et désespéré, qui passe de la jubilation à la violence – Journal La terrasse, Juillet 2011
Tarif unique : 6 €
Pass Pink 3 films + 1 spectacle : 27 €
Réservations et informations : 04 93 16 82 69 // unionbproud@gmail.com ou info@theatredelacite.fr

Projet CINECITTA 2011/2012 \ Nouveau Théâtre de la Cité \ Ancien Cinéma REX – 3 rue Paganini 06000 Nice,  http://www.theatredelacite.fr

Organisée par Bproud, Le Théâtre de la Cité, Lo Peolh Cinéma et les Ouvreurs. + d’infos sur :

Séances jeunes publics contre l’homophobie


Soutenez la lutte contre l’homophobie avec Les Ouvreurs !


Une nouvelle façon de militer pour notre association et pour nos actions de prévention à l’homophobie, lutte contre les discriminations et la vie affective des élèves. 
Les séances que nous organisons en milieu scolaire ont été retenues par le Trophée des Associations de la Fondation EDF,  (+ d’information iciqui vise à donner un coup de pouce aux associations bénévoles se consacrant aux jeunes dans les milieux de la culture, de la solidarité ou de la nature. En jeu, une aide financière plus ou moins importante selon le soutien que vous nous accorderez : il vous suffit de cliquer une fois toutes les 24 heures sur le lien si dessous depuis un ordinateur et/ou un smartphone.

On compte sur vous pour vos clics quotidiens et pour partager l’info avec vos contacts, histoire de faire reculer ensemble l’homophobie.

Projection-débat « A Dangerous Method »

En partenariat avec le Collectif des Psychothérapeutes Certifiés et le Cinéma Le Mercury, nous vous proposons une séance spéciale autour du nouveau film de David Cronenberg, A Dangerous Method. Retrançant la rencontre entre les grands figures de la Psychanalise – Jung, Freud et Spielrein – le film sera l’occasion d’une réfléxion autour du thème « Se réinventer par la psychologie des profondeurs ».
Jeudi 2 février 2012 \ 20h30
A DANGEROUS METHOD
de David Cronenberg \ Canada \ 2011 \ 1h33 \ vost \ 35mm

Sabina Spielrein est une jeune femme souffrant d’hystérie. Elle est alors soignée par le psychanalyste Carl Gustav Jung, dont elle devient rapidement la maîtresse. Cette relation se complique fortement lorsque Sabina entre en contact avec un autre psychanalyste, Sigmund Freud.
Pris dans ces effets de vitesse un peu affolante, Cronenberg brasse, en à peine 1h40, les enjeux d’un film-fleuve. Surtout, il dépasse grâce à l’admirable puissance de synthèse de sa mise en scène le travail de description historique, pour atteindre à une dimension oraculaire lors du finale – Les Cahiers du Cinéma.
Projection suivie d’un débat animé par Pascal Gaymard, Critique de cinéma et Fabien Berrais, Président du Collectif des Psychothérapeutes Certifiés.

Tarif tout public : 7 euros

Tarif réduit (étudiants, retraités, adhérents CPC, etc.) : 5 euros
Nombre de place limité, réservation conseillée :
 Collectif.psychotherapeutes@gmail.com
Cinéma le Mercury – 16, place Garibaldi, Nice
BANDE ANNONCE