Yearly Archives

12 Articles

Projection spéciale d’OCÉAN en présence d’Océan

by benoit
Projection spéciale d’OCÉAN en présence d’Océan

Lundi 13 janvier à 19h30


 

Nouvelle soirée exceptionnelle « En attendant In&Out » avec Les Ouvreurs Nice au Cinéma Les Arcades Cannes, le lundi 13 janvier à 19h30 avec la projection du documentaire OCÉAN de et avec Océan. Merci à Arizona Distrib. pour nous permettre d’acceuillir le comédien-humoriste-cinéaste qui viendra échanger avec le public sur cette deuxième réalisation cinéma après Embrasse-moi ! Pensez à noter sur vos tablettes et bonnes fêtes en attendant.

OCÉAN
France, 2019, 1h51
Documentaire de et avec Océan
Autoportrait intime, sur toute une année, d’un homme transgenre que les gens connaissaient jusque-là sous le nom d’Océanerosemarie. Enfin prêt à affronter le regard social, Océan décide de faire son coming out, de changer de genre et de s’affirmer tel qu’il est : un homme trans. Drôles, sincères, bouleversants, comment Océan et son entourage vont-ils traverser chacune des étapes physiques, psychologiques et sentimentales de cette transition  » Femme vers Homme  » ?

PLUS D’INFO SUR LE FILM

Journée mondiale de lutte contre le Sida à Nice et à Cannes

by benoit
Journée mondiale de lutte contre le Sida à Nice et à Cannes

Membre du Collectif de lutte contre le sida des Alpes Maritimes et du Corevih Paca-Est, les Ouvreurs s’associent cette année encore à l’organisation de la semaine d’événements militants, préventifs et culturels qui accompagnent traditionnellement le 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le sida. Au programme une semaine de dépistage « flash test » dans toute la ville avec un village santé sur la place Masséna, une pièce de théâtre au Forum Nice Nord et la projection d’un documentaire à la Cinémathèque de Nice.

Et cette année, Les Ouvreurs seront aussi sur Cannes aux côtés du tout jeune Collectif en santé sexuelle du bassin cannois pour une projection militante, le dimanche 1er décembre, toujours aux Cinéma Les Arcades.

5B#2

vendredi 29 novembre 2019 à 20h – Cinémathèque de Nice
dimanche 1er décembre à 17h30 – Cinéma Les Arcades
5B
de Dan Krauss et Paul Haggis
Etats-Unis, 2018, 1h33, VOSTF
Sélection officielle « Séances Spéciales », Festival de Cannes 2019
Au milieu des années 1980, 5B est le premier et seul service spécifique de soin des personnes atteintes du sida, à l’hôpital général de San Francisco. Un petit miracle d’humanité au milieu de la crise dévastatrice qui a suivi l’annonce des premiers cas et la panique face à la méconnaissance des risques d’infection. De façon très émouvante, le documentaire donne la parole aux premiers patients survivants, à leurs proches et au personnel hospitalier qui s’est porté volontaire pour travailler dans le service.

Tarif Cinémathèque de Nice : 3€ (recettes intégralement reversées à la lutte contre le SIDA)
Tarif Arcades : 6,50 € (50 % des recettes reversées à la lutte contre le SIDA)

VOIR LA BANDE ANNONCE (VO)

five guys chillin#2

samedi 30 novembre 2019 à 19h – Forum Nice Nord
5 GUYS CHILLIN’
Pièce de Peter Darney
en scène de Christophe GarroAdaptation et mise
avec Jonathan Louis, Vincent Vilain, François Guliana Graffe, Lionel Rousselot, Charlie Dumortier
Julien et Mark se retrouvent pour une soirée chemsex, contactés via une application de rencontre. Ils sont rejoints par le couple Raph et Benoit, puis Mehdi. Entre drogues et pratiques sexuelles, les consciences s’éveillent.
Basée sur des entretiens menés par l’a
uteur, la pièce a été créée à L
ondres au King’s Head Theatre en 2015, puis reprise à Londres, New York, Toronto, Sydney ou Paris. A la fois drôle, crue et émouvante, elle a eu un grand impact dans la communauté gay et joue sur un concept d’immersion, plongeant le spectateur dans l’action.

Entrée libre sur réservation ici https://www.linscription.com/activite.php?P1=30327
Pour un public averti.

Avant première : Et puis nous danserons

by benoit
Avant première : Et puis nous danserons

Homosexualité et danse traditionnelle en Géorgie.

Les Ouvreurs vous proposent de découvrir en avant-première le premier film du réalisateur suédois Levan Akin, ET PUIS NOUS DANSERONS, qui avait marqué les esprits lors de sa présentation à la Quinzaine des Réalisateurs en mai dernier en abordant pour la première fois à l’écran la question de l’homophobie en Géorgie. Comme à notre habitude, à l’issue de la projection, un verre de l’amitié vous sera offert dans le hall des Arcades.

lundi 4 novembre 2019 à 19h30 – Cinéma Les Arcades
ET PUIS NOUS DANSERONS
de Levan Akin
Géorgie, 2019, 1h45, VOSTF
Sélection officielle Quinzaine des Réalisateur, Festival de Cannes 2019
Merab s’entraîne depuis son plus jeune âge dans le cadre de l’Ensemble national géorgien avec sa partenaire de danse, Mary. Son monde est brusquement bouleversé le jour où arrive le charismatique et insouciant Irakli qui devient à la fois son plus redoutable rival et un objet d’attirance. Dans ce contexte conservateur, Merab se voit contraint de se libérer et de tout risquer. Tarif habituels

VOIR LA BANDE ANNONCE

Prochaines dates au Cinéma Les Arcades :
– projection du documentaire 5B le dimanche 1er décembre à 17h30, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida
– nouvelle séance « En attendant In&Out » le lundi 13 janvier 2020 à 19h30 (programmation à venir)
– In&Out 2020 du mercredi 1er au dimanche 5 juillet 2020

SOUTIENS LES OUVREURS AVEC TES CLICS !

by benoit
SOUTIENS LES OUVREURS AVEC TES CLICS !

Grande nouvelle, Les Ouvreurs sont en étape finale de sélection de LILO, le moteur de recherche qui finance des projets sociaux. Notre objectif est désormais de rassembler au moins 280 personnes de notre entourage – chacune nous donnant 50 gouttes – pour être définitivement présents sur la plateforme publique et visibles par le plus grand nombre.

POUR CELA NOUS AVONS VRAIMENT BESOIN DE TOI !

Il te suffit de faire de temps en temps une recherche sur LILO, ce qui te permet de cumuler des gouttes et, quand tu en as 50, de les reverser aux Ouvreurs. C’est très facile et pour nous ça veut dire beaucoup…

  • tu fais un DON qui ne te coûte pas d’argent mais en rapportera aux Ouvreurs via LILO,
  • tu soutiens Les Ouvreurs et fais connaître l’association par le plus grand nombre ,
  • tu gardes le même navigateur,
  • tu gardes ton moteur de recherche préféré et, si ce n’est pas LILO, tu peux cumuler le tien avec LILO sans problème,
  • tu choisis un mode de recherche éthique : LILO est transparent, il ne conserve pas d’informations sur les
  • utilisateurs et soutient des projets sociaux.

Afin de nous aider à passer au plus vite en étape de financement, voici ce que tu dois faire :

  1. te rendre sur LILO une fois de temps en temps (c’est ici)
  2. cumuler des gouttes d’eau par tes recherches (elles s’affichent au fur et à mesure)
  3. aller sur la fiche projet Les Ouvreurs et verser au moins 50 gouttes d’eau (c’est ici)
  4. tu en parles autour de toi, tu partages cette campagne sur les réseaux sociaux (en copiant/collant ce texte)

UN IMMENSE MERCI POUR TON SOUTIEN de la part de toute l’équipe de bénévoles qui défendent nos projets au quotidien.

En attendant In&Out : avant première de Matthias et Maxime

by benoit
En attendant In&Out : avant première de Matthias et Maxime

Une nouvelle saison s’ouvre pour Les Ouvreurs au Cinéma Les Arcades. Avec sa dynamique directrice, Laetitia Mazeran, nous vous avons concocté un calendriers d’événements et de projections qui devraient nous conduire doucement vers les 9e éditions des Rencontres In&Out Cannes fin juin 2020.

Première date de ce beau programme, dont nous vous livrerons les détails dans les prochaines semaines, Les Ouvreurs vous proposent de découvrir en avant-première le dernier film du réalisateur québécois Xavier Dolan, Matthias et Maxime, lundi 14 octobre à 19h30. Un verre de l’amitié vous sera offert à l’issue de la projection.

 » Dix ans de carrière, huit longs métrages. Xavier Dolan ne cesse de faire sensation au Festival de Cannes. Après avoir décroché le Prix du Jury pour Mommy en 2014 et le Grand Prix pour Juste la fin du monde en 2016, Xavier Dolan fait un retour attendu en Compétition avec Matthias et Maxime, un drame qui explore les thèmes de l’amitié et de l’identité

Après une escale aux États-Unis avec Ma vie avec John F. Donovan, dans lequel un jeune acteur se remémore sa correspondance avec son acteur fétiche, Xavier Dolan revient au Québec, sa terre natale, avec Matthias et Maxime, l’histoire de deux amis d’enfance qui, après s’être embrassés pour les besoins d’un court métrage amateur, remettent en question leurs préférences, bouleversant l’équilibre de leur existence. Matthias et Maxime évoque ce monde où des jeunes adultes, d’origines et de statuts différents, atteignent un âge transitoire et se demandent, comme moi, à quel endroit ils appartiennent.

Tourné en partie caméra à l’épaule, Matthias et Maxime est une chronique, un concentré de fragments de la vie des personnages qui forment des chapitres, en continu et sans flashbacks. Un dispositif « excitant à explorer », selon le cinéaste, qui renoue avec l’esthétique de Tom à la ferme et l’énergie de Mommy dans ce nouveau long métrage.

Le réalisateur, qui ne s’était pas mis en scène depuis Tom à la ferme, y incarne Maxime aux côtés de Gabriel D’Almeida-Freitas, dans le rôle de Matthias. Pour leur donner la réplique, Xavier Dolan s’est entouré d’une bande de copains mais également d’acteurs qu’il connaît bien et qui ont contribué au succès de ses films précédents, dont Anne Dorval, sa muse de cinéma. Intimement attachée à l’œuvre du cinéaste dès ses débuts en 2009, l’actrice avait déjà incarné le rôle de mère dans J’ai tué ma mère, Les Amours imaginaires, et Mommy. »

 


Lundi 14 octobre à 19h30 – Cinéma Les Arcades
MATTHIAS & MAXIME
Canada, 2019, 1h59
de Xavier Dolan
avec Gabriel D’Almeida Freitas, Xavier Dolan, Anne Dorval
Deux amis d’enfance s’embrassent pour les besoins d’un court métrage amateur. Suite à ce baiser d’apparence anodine, un doute récurrent s’installe, confrontant les deux garçons à leurs préférences, bouleversant l’équilibre de leur cercle social et, bientôt, leurs existences.
EN SAVOIR PLUS

Esperluettes 2019 : un palmarès de grand cru

by benoit
Esperluettes 2019 : un palmarès de grand cru

Comme chaque année, le public d’In&Out Nice distingue deux films, parmi la sélection qui lui est proposée, en décernant les fameuses Esperluettes. La 11e édition du festival nous a offert un palmarès à la hauteur de nos attentes. Deux films, l’un de fiction et l’autre documentaire, réalisés par des femmes qui sont venues, toutes deux, présenter leur travail et que nous avons eu beaucoup de plaisir à rencontrer.

Esperluette du Meilleur documentaire 2019
VIRIL.E.S
de Julie Alione
À partir d’un territoire, la Corse, Viril.e.s invite à repenser le mythe du féminin et de la virilité. Même si tout.e.s les intervenant.e.s sont corses, il s’agit avant tout de personnes qui se posent des questions. Des hommes virils, d’autres moins, des femmes qui jouent le rôle qu’on leur assigne et d’autres non, des garçons qui roulent des mécaniques… Une vingtaine de témoins s’interrogent sur la manière dont s’est construit leur genre et sur leur rapport à la norme, dans une île imprégnée par une culture patriarcale.

Esperluette du Meilleur film 2019
PORTRAIT DE LA JEUNE FILLE EN FEU
de Céline Sciamma
Sélection en compétition, Festival de Cannes 2019 – Queer Palm 2019
1770. Comme son père avant elle, Marianne est peintre. Elle est appelée à se rendre dans une île pour réaliser le portrait de mariage d’Héloïse. Cette jeune femme qui vient de sortir du couvent résiste à son destin d’épouse en refusant de poser. Marianne doit se faire passer pour dame de compagnie afin de la peindre en secret.

ARTICLE#2

 

ARTICLE#1

In&Out Nice 2019, 11e festival du film queer

by benoit
In&Out Nice 2019, 11e festival du film queer

25 – 30 juin
Cinéma Le Rialto – Cinéma Le Mercury – La Bibliothèque Nucera

Cinquante ans nous séparent de ces regards qui nous fixent. Regards d’une jeunesse anonyme et révoltée posant devant le Stonewall Inn, dans la chaleur de la fin juin 1969, alors que vient de s’allumer l’étincelle militante pour la défense des droits des personnes LGBT+. Sans pour autant avoir été anticipée et sans que ces témoins aient totalement eu conscience de l’ampleur de cet événement.

Regard puissant aussi que celui de Kasha Jacqueline Nabagesera, avec ses ailes d’ange et son attitude déterminée, photographiée en couverture par Frédéric Noy. Militante dès l’âge de 19 ans, surnommée la « Mère fondatrice » du mouvement des droits civiques des LGBT+ ougandais, elle témoigne de l’urgence à défendre partout dans le monde le droit d’être qui l’on est et d’aimer en toute liberté.

Faire converger ces regards aujourd’hui, c’est à la fois convoquer la tâche accomplie et le chemin qui reste à faire. Et c’est vertigineux !

La mue opérée par In&Out Nice en 2018 fut une belle réussite, au vu de votre fidélité et d’une fréquentation renforcée. Cette année, le choix du mois de juin prend tout son sens avec le 50e anniversaire du soulèvement de Stonewall. Jour après jour, de nouveaux visages, de nouvelles luttes se présentent à nous. Le legs des Stonewall Riots nous oblige à envisager autrement la situation des personnes trans, des réfugiés LGBT+, des nouvelles formes de parentalités et de la lutte incessante contre toutes les violences subies en raison de nos différences.

Aussi, notre sélection de films offre-t-elle un panorama d’une grande diversité à l’image de la communauté de destin qu’elle tente de cerner et qui s’incarne dans des parcours tout à fait singuliers. Un cinéma qui, par sa créativité, donne à penser par-delà les préjugés et les réflexes de rejet.

Pour agir et changer ce qui peut l’être, sans tarder.

TOUT LE PROGRAMME ICI

UNE FLAMBOYANTE OUVERTURE

portraitjeunefilleenfeu#2

L’honneur d’ouvrir les festivités revient une nouvelle fois à l’avant première d’un des fleurons du cinéma français : Portrait de la jeune fille en feu, le dernier film de Céline Sciamma, sélectionné au Festival de Cannes en compétition officielle et qui s’est vu décerner à cette occasion le prix du scénario et la Queer palm. La réalisatrice sera présente à cette projection événement

« De cette mythologie au XVIIIe siècle, Portrait de la jeune fille en feu trace une ligne ininterrompue qui révèle ce qui se joue d’immuable dans l’acte créatif et l’histoire des sentiments. La fluidité et la précision de la mise en scène, la sensualité de l’image qui berce ce propos pourraient produire le même effet sur nous. Mais les accents de modernité que glisse dans son chant d’amour Céline Sciamma sont là pour nous tenir en éveil. Et nous rappeler que dans cette éternité un combat est toujours à mener, celui des femmes pour obtenir leur libre arbitre. » Le Monde

EN SAVOIR PLUS

LES INVITÉ.ES

Banner invités Nice

In&Out s’est toujours voulu un moment de rencontres privilégié avec des artistes, intellectuel.le.s et militant.e.s qui offrent leur point de vue sur les questions de sexualités.

Outre Céline Sciamma pour Portrait de la jeune fille en feu (25/06), quatre autres cinéastes accompagnent leur film : Jacques Martineau pour Haut perchés (26/06), Julie Allione pour Viril.e.s (27/06), Émilie Jouvetpour Mon enfant ma bataille. 35 ans de lutte des familles homoparentales (29/06) et Benoit Masocco pour L’Étincelle (30/06).

Et à l’occasion de la présentation des Courts-métrages en Liberté 2019 (28/06), Charles Berling et l’équipe artistique du Liberté font le déplacement depuis Toulon pour nous présenter ce magnifique projet pédagogique de création cinématographique autour de la lutte contre les violences anti-LGBT.

HOMMAGE AUX EMEUTES DE STONEWALL

A scene during the 1969 Stonewall riots, as seen in Kate Davis and David Heilbroner’s documentary STONEWALL UPRISING. A First Run Features Release. Photo by Bettye Lane.

Pour célébrer le 50e anniversaire des Stonewall Riots, In&Out Nice propose plusieurs temps forts tout au long du festival et s’associe à la 2e Pride de Nuit niçoise, dont Les Ouvreurs ont cosigné l’appel.

Au programme deux documentaires rendront compte des événements de juin 1969 et de son héritage. Stonewall Uprising de David Heilbroner et Kate Davis (28/06) donne la pa
role aux témoins du soulèvement de Christopher Street pour éclairer cet événement fondateur et L’Étincelle de Benoit Masocco (30/06) relate cinquante ans de lutte des droits des personnes LGBT+.

Par ailleurs, une table ronde, « L’Histoire comme lutte » (29/06) autour des liens qu’entretiennent les luttes militantes et la défense de l’Histoire réunira l’historien Antoine Idier (Archives des mouvements LGBT+, Textuel, 2019) la cinéaste Émilie Jouvet (Mon enfant ma bataille. 35 ans de lutte des familles homoparentales) et Patrick Cardon, figure du militantisme homosexuel français, et créateur de la maison d’édition GayKitschCamp (qui fête ses 30 ans cette année).

EN SAVOIR PLUS

Bilan des interventions en milieu scolaire 2018-2019

by benoit
Bilan des interventions en milieu scolaire 2018-2019
© Vincent Berenger / Théâtre Liberté

a journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie est l’occasion pour les Ouvreurs de faire le bilan de leur campagne annuel d’interventions dans les établissements scolaires de l’Académie de Nice. Pour cette 11e année d’action, leur intervenant spécialisé, Benoît Arnulf, a sensibilisé aux violences sexistes et LGBTphobes 3365 jeunes de tous âges dans 27 établissements (collèges, lycées et université) soit une augmentation de 35 % par rapport à l’année précédente (2500 élèves dans 15 établissements en 2017-18). Nous continuons à développer notre action dans les territoires les moins exposés (moyen et haut pays niçois) et dans le Var :

à Nice
– aux collèges Roland Garros, Jules Romain, Henri Matisse
– au Lycée Albert Calmette,
– à la faculté de Médecine

à l’est des Alpes-Maritimes
– à Cagnes-sur-mer au collège Jules Vernes et au lycée Auguste Renoir
– à Roquefort-les-pins au collège César
– à Antibes au collège Jean Roustan ainsi qu’aux lycées Audiberti et Jacques Dolle,
– à Valbonne au lycée du CIV
– à Cannes au collège des Vallergues et au lycée Jules Ferry
– à Grasse au lycée Alexis de Tocqueville

à l’ouest des Alpes-Maritimes
– à Menton au collège Guillaume Vento et au lycée Paul Valery

dans le moyen et haut pays niçois
– à Saint-Étienne-de-Tinée au collège Jean-Franco
– à Roquebillière au collège Jean Salines
– à Sospel au collège Jean Médecin
– à Breil-sur-Roya au collège L’Eau vive

dans le Var
– à Toulon aux lycées Bonaparte, Dumont-d’Urville, Coudon, Parc Saint Jean et Fénelon
– à la Seynes-sur-mer au lycée Beaussier

Cette action de lutte contre les discriminations a été réalisée en partenariat avec SIS Animation PACA Corse, grâce au soutien de la DILCRAH, de l’Académie de Nice, de la Faculté de Médecine, de la Région Sud et du Département des Alpes-Maritimes. 

Les Ouvreurs dans le Rapport sur l’Homophobie 2019

by benoit
Les Ouvreurs dans le Rapport sur l’Homophobie 2019

Chaque année l’association SOS Homophobie dresse un portrait de la situation des LGBTphobies en France. Son Rapport sur l’homophobie est resté longtemps la seule source d’information en la matière avant que le Ministère de l’Intérieur ne se décide (enfin) à publier les chiffres concernants les agressions LGBTphobes, enregistrées par la Police et la Gendarmerie nationale.

1905 témoignages d’actes LGBTphobes ont été recueillis par SOS homophobie, correspondant à 1 634 cas, soit une augmentation de 15 % par rapport à 2017. La lesbophobie ne cesse de progresser, avec + 42 % en un an, et Internet reste le premier lieu d’expression LGBTphobe. Quant aux agressions physiques rapportées à SOS homophobie, leur nombre est passé de 139 en 2017 à 231 en 2018, soit une augmentation de 66 %. Plus inquiétant encore : les signalements ont fortement augmenté au dernier trimestre de l’année 2018, avec une agression physique par jour.

Le Ministère de l’Intérieur confirme cette augmentation dans une publication Interstats de mai 2019. Près de 1 380 victimes de crimes ou délits « anti-LGBT » ont été enregistrées en 2018 par les services de police et de gendarmerie nationales de France métropolitaine. Dans trois cas sur quatre, la victime est un homme (75 %). Entre 2017 et 2018, le nombre de victimes d’actes criminels ou délictuels anti-LGBT enregistrés a progressé de 33 %. La part des hommes est stable (73 % en 2017).

A noter que le rapport 2019 offre parmi ses nombreux focus une belle visibilité à une initiative locale, Nice Irisée Naturellement, le label LGTB-friendly porté par l’Office de Tourisme et des Congrès de Nice et pour lequel les Ouvreurs participent activement. Rendez-vous page 52 pour découvrir l’interview d’Isabelle Defoly et de Benoît Arnulf.

Sources :

Rapport sur l’homophobie 2019, SOS Homophobie : https://www.sos-homophobie.org/article/rapport-sur-l-homophobie-2019-2018-une-annee-noire-pour-les-personnes-lgbt

Inter/stats mai 2019, Ministère de l’Intérieur : https://www.interieur.gouv.fr/Interstats/Actualites/Info-rapide-n-11-Hausse-du-nombre-de-victimes-de-crimes-ou-de-delits-anti-LGBT-enregistrees-par-les-forces-de-securite-en-2018

Le Théâtre Liberté de Toulon ouvre ses portes aux Ouvreurs

by benoit
Le Théâtre Liberté de Toulon ouvre ses portes aux Ouvreurs

Un théma « Féminin Masculin » au mois d’avril et de mai 2019

Dans la continuité du travail engagé avec des jeunes Toulonnais qui réalisent chaque année des court-métrages autour d’un thème lié à la discrimination, Le Liberté aborde cette saison la question du genre. Quelles parts de féminin et de masculin se trouvent en chacun de nous ? Comment évoluent-elles ? Peut-on remettre en cause les constructions sociales normatives ? Autant de questions qui traversent le mouvement queer et nous concernent tous. Des artistes et des intellectuels tels que Charles Berling, Christiane Taubira, Bambi, Karine Espineira, Benoît Arnulf, Clotilde Hesme, Anouk Grinberg ou Denis Lavant partageront leurs points de vue et échangeront avec le public au fil de multiples événements : spectacles, films, conférences, performances et expositions.

Les Ouvreurs collaborent activement à cet événement, en accompagnant les créations de « Courts métrages en Liberté », présentés le 13 mai prochain au Théâtre Liberté en présence de la marraine du projet Christiane Taubira mais aussi en présentant le film « Certains l’aiment chaud » de Billy Wilder le jeudi 11 avril à 19h30.

Plus d’infos : https://www.theatre-liberte.fr/la-saison/2018-2019/types/1/thema#section-37

Rencontre avec Paul Vecchiali à Cannes

by benoit
Rencontre avec Paul Vecchiali à Cannes

Invité d’honneur d’In&Out en 2016, Paul Vecchiali revient à Cannes à l’occasion d’une soirée spéciale autour de la projection d’un de ses derniers films, Jeudi 28 février à 19h30 au Cinéma Les Arcades (tarifs habituels). Au programme :

FAUX ACCORDS 
de Paul Vecchiali (France, 2013, 1h10)
Après le décès de son compagnon, un homme découvre sur Internet que ce dernier avait des relations virtuelles avec un autre. Il imprime tous les messages et, ayant brûlé tout ce qui appartenait à son compagnon, il se prend à imaginer le correspondant sous deux aspects différents suivant le contenu des messages. In fine, il déverse les cendres de son compagnon sur sa poitrine nue.
précédé de LA CÉRÉMONIE (Paul Vecchiali, France, 2014, 22 min)
Ce court métrage met en scène deux « hypothèses » de solitude, histoire répétée dont le personnage principal est interprété une première fois par un garçon (Pascal Cervo), la seconde fois par une fille (Astrid Adverbe).

LA CRITIQUE DU FILM FAUX ACCORDS
Quoi de plus délicat que de représenter l’absence. Avec FAUX ACCORDS, tourné en 2013 juste avant NUIT BLANCHE SUR LA JETÉE, Paul Vecchiali s’attache a travailler ce thème en dressant le portrait d’un homme seul confronté au deuil et à la disparition de l’être aimé.
Mais le manque se double rapidement de la découverte d’une vérité, exhumée par l’exploration de l’ordinateur du défunt, qui fait basculer le récit dans une autre réalité. L’être aimé entretenait une aventure, une relation à distance, comme peuvent l’être, de plus en plus souvent, les échanges modernes aux travers des réseaux sociaux. Vecchiali prévient dès les premières images qu’il s’agit là de son sujet. Il dédie le film à tous ceux qui usent, à leur risque et péril, des sites de rencontres, « les solitaires, les endeuillés, les mal mariés ».
Pour rendre compte de cette double absence, celle d’un corps qui n’existe plus, celle d’une relation désincarnée, le cinéaste installe ses personnages entre réalisme trivial et projection mentale, explorant sans détour les recoins les plus intimes.
Il sert son récit avec l’économie de moyen et une proximité familière qui caractérise une grande partie de son cinéma depuis les années 90. Le film est tourné à l’Iphone, dans sa propre maison et son compagnon y joue un petit rôle aux côtés de deux de ses acteurs fétiches, Pascal Cervo et Julien Lucq. Mais la poésie s’invite rapidement au détour d’un plan, de bord de mer, ou d’une superposition d’image annonçant d’étranges apparitions.
La douleur, bien réelle, qu’affronte au quotidien le veuf, interprété par Vecchiali lui-même, s’oppose aux sentiments virtuels qui animent les échanges écrits entre le défunt et son amant. Condamné à un silence assourdissant, aucune parole ne sera prononcée par cet homme meurtri, littéralement sans voix devant les événements qu’il subit. Les mots viendront des fantômes qui s’invitent à sa table. Des incarnations fantasmées qui rejouent une nouvelle fois les échanges de cette étrange correspondance.
D’abord l’amant, jeune homme perdu en pleine découverte de son homosexualité, qui prend avec malice tour à tour les traits de Pascal Cervo et Julien Lucq. Après tout, les mots ne portent pas en eux les images d’un visage et l’imagination ouvre à tous les possible.
Ensuite la voix lointaine du défunt qui lui – qui leur – répond tour à tour en cherchant à être tout à la fois un père de substitution et une planche de salut dans cette reconstruction identitaire. Ces échanges écrits, imprimé sur des feuilles blanches, viennent se répandre, au fur à mesure de leur lecture, sur le sol du jardin familial où le veuf passe son après-midi en compagnie de ces revenants. Mais les paroles initialement aimantes se teintent d’amertume, éclairant d’un jour nouveau les raisons de la récente disparition. Ce monde virtuel, plein de promesses de jouissances à ses revers. L’abandon et le désaveu sont à porté de clics. Et les vies peuvent hélas basculer pour si peu. (Benoît ARNULF)

En attendant In&Out Cannes : The Happy Prince

by benoit
En attendant In&Out Cannes : The Happy Prince

Comme c’est désormais la tradition, Les Ouvreurs sont accueillis au Cinéma Les Arcades à l’occasion de soirées offrant le meilleur du cinéma queer en grand écran, pour nous faire patienter entre deux Rencontres In&Out – Cannes. Et pour débuter l’année en beauté, nous avons choisi de se placer sous les auspices du princes des dandys, qui fut l’une des premières figues iconiques de la culture homosexuelle, à qui il a offert une figure de martyr flamboyant. Rendez-vous est pris Lundi 18 février 2019 à 19h30 au Cinéma Les Arcades pour la projection du dernier film de l’acteur-cinéaste Rupert Everett.

THE HAPPY PRINCE
de Rupert Everett
avec Rupert Everett, Colin Firth, Colin Morgan
À la fin du XIXe siècle, l’écrivain de génie Oscar Wilde, intelligent et scandaleux brille au sein de la société londonienne. Son homosexualité est toutefois trop affichée pour son époque et il est envoyé en prison. Ruiné et malade lorsqu’il en sort, il part s’exiler à Paris. Dans sa chambre d’hôtel miteuse, au soir de sa vie, les souvenirs l’envahissent. De Dieppe à Naples, en passant par Paris, Oscar n’est plus qu’un vagabond désargenté, passant son temps à fuir. Il est néanmoins vénéré par une bande étrange de marginaux et de gamins des rues qu’il fascine avec ses récits poétiques. Car son esprit est toujours aussi vif et acéré. Il conservera d’ailleurs son charme et son humour jusqu’à la fin : « Soit c’est le papier peint qui disparaît, soit c’est moi… »

précédé d’une présentation de Benoît Arnulf, Directeur artistique d’In&Out.