Category Archives

9 Articles

In&Out 2016 : premier aperçu

Festival_2016_banner_site les ouvreurs

8e RENCONTRES IN&OUT

le Festival du Film Gay et Lesbien de Nice
19 au 24 avril – Nice / 26 au 27 avril – Beaulieu-sur-mer / 28 au 30 avril – Cannes

Voici venu le temps des 8e Rencontres In&Out. Le festival du film Gay et Lesbien de Nice, qui s’étend désormais à Cannes et à Beaulieu-sur-mer, offre un rendez-vous cinématographique incontournable autour des diversités sexuelles.

Après avoir questionné en 2015 les risques de marginalisation pour des cultures qui se revendiquent «gays et lesbiennes», nous souhaitons poursuivre cette année notre réflexion autour des moyens de transmission de ces mêmes cultures, en nous plaçant sous des auspices nietzschéens : « Le Crépuscule des idoles »

Allen Ginsberg, André Gide, André Téchiné, Andy Warhol, Annemarie Schwarzenbach, Audre Lorde, Bambi, Bruce LaBruce, Cary Grant, Chantal Akerman, Christine Jorgensen, Coccinelle, Colette, Constantin Cavafy, David Bowie, Emily Dickinson, Francis Bacon, James Baldwin, François Villon, Françoise Sagan, Freddie Mercury, Gertrude Stein, Greta Garbo, Gus Van Sant, Guy Hocquenghem, Harvey Milk, Hélène Cixous, Hervé Guibert, Jacques Demy, James Dean, Jean Cocteau, Jean Genet, Jean-Louis Bory, Judith Butler, Keith Haring, Lionel Soukaz, Lou Reed, Luchino Visconti, Magnus Hirschfeld, Marcel Jouhandeau, Marcel Proust, Marguerite Yourcenar, Marie France, Marlene Dietrich, Michel Foucault, Michèle Causse, Monique Wittig, Natalie Clifford Barney, Oscar Wilde, Patrice Chéreau, Paul Vecchiali, Paul Verlaine, Pedro Almodóvar, Paul Bowles, Philippe Vallois, Pier Paolo Pasolini, Rainer Werner Fassbinder, Reinaldo Arenas, Renée Vivien, Robert Mapplethorpe, Sapho, Simone de Beauvoir, Stefan Zweig, Tom of Finland, Thomas Mann, Truman Capote, Violette Leduc, Virginia Woolf, Walt Whitman, William Burroughs, Yves Navarre… pour ne citer qu’eux.

Ces idoles, artistes, cinéastes, auteur-e-s, intellectuel-le-s, militant-e-s, nous sont diversement familières, certaines ayant souffert, plus que d’autres, des effets du temps sur nos mémoires. Mais toutes constituent – au travers de leurs vies, leurs œuvres ou leurs luttes – la matière première de ce continent culturel aux multiples facettes. Et elles en indiquent toujours le chemin, même si leurs voix ne sont plus aussi vivaces que nous le souhaiterions. Gardons à l’esprit que le crépuscule désigne avant tout la faible lumière qui résiste à la tombée du jour et aux ténèbres.

David Bowie et Chantal Akerman – tous deux récemment disparus – mais encore Marcel Proust ou Pier Paolo Pasolini sont d’excellents guides dans ce cheminement de pensées. Témoins d’époques soumises à de fortes mutations, leurs œuvres offrent une formidable réflexion sur l’importance du passage de relais autant qu’elles constituent des points de repère pour qui tente de se construire en dehors de la norme. Il nous est apparu important de leur accorder une place de choix dans notre programmation, pour faire à notre manière, notre travail de passeurs de mémoire. D’autres films entrent aussi dans cette thématique (4.48 sur les traces de Sarah Kane, Je ne suis pas féministe mais…, La Belle saison, La Sociologue et l’Ourson, Les pensées de Paul, Velvet Goldmine, Basquiat…) de même que Le Banquet d’Auteuil, la pièce de Jean-Marie Besset dont nous proposons une magnifique captation.

D’autres thématiques viendront nourrir une programmation riche d’une soixantaine de films, longs métrages et courts métrages confondus. Pour poursuivre notre exploration du cinéma gay français, après Lionel Soukaz et Philippe Vallois, c’est Paul Vecchiali qui nous fait l’honneur de sa présence. Le cinéma queer mexicain nous livrera quelques-unes de ses perles noires, accompagnant la présence de Pavel Cortes, directeur artistique du Premio Maguey de Guadalajara. Sans oublier, bien sûr, une programmation plus spécialement dédiée aux filles et nos incontournables séances de courts métrages Short en queer.

Nous avons hâte de vous y retrouver.

Soirée spéciale Avant-premières : Xénia + Au premier regard

by benoit
Soirée spéciale Avant-premières : Xénia + Au premier regard

Pour bien commencer l’été, Les Ouvreurs, associés au Cinéma Les Arcades et à Cannes Cinéma, vous proposent de découvrir le MARDI 24 JUIN AU CINEMA LES ARCADES (CANNES) deux films totalement queer en AVANT-PREMIERES.
Au programme, 2 FILMS centrés sur la jeunesse et ses questions d’indentités, 2 FILMS qui vous ferront voyager en Grèce et au Brésil, 2 FILMS qui ont marqués en 2014 dans les plus grands festivals, l’un à la Berlinale et l’autre au Festival de Cannes.

19h15 – XENIA de Panos H. Koutras
21h30 – Cocktail dans le hall du cinéma
22h00 – AU PREMIER REGARD
Tarif spécial/séance : 6,5 €

XENIA
Grèce, 2014, 2h08, VOSTF
de Panos H. Koutras
avec Kostas Nikouli, Nikos Gelia, Aggelos Papadimitriou
Sélection «Un Certain Regard» au Festival de Cannes 2014
A la mort de leur mère, Dany et son frère Odysseas, 16 et 18 ans, prennent la route d’Athènes à Thessalonique pour retrouver leur père, un Grec qu’ils n’ont jamais connu. Albanais par leur mère, ils sont étrangers dans leur propre pays et veulent que ce père les reconnaisse pour obtenir la nationalité grecque. Dany et Ody se sont aussi promis de participer à un populaire concours de chant qui pourrait rendre leur vie meilleure. Ce voyage mettra à l’épreuve la force de leurs liens, leur part d’enfance et leur amour des chansons italiennes
Le père de l’ATTAQUE DE LA MOUSSAKA GEANTE et du sublime STRELLA revient avec un film où cohabite onirisme et réalisme sociale pour tracer l’odyssée de deux frères en quête d’origines dans un pays en pleine crise. «Xenia jongle harmonieusement avec toutes sortes de ruptures de ton, trouvant ainsi son identité, cimentée par ses deux héros magnifiquement caractérisés et leurs interprètes stupéfiants de naturel.»

VOIR LA BANDE ANNONCE
LIRE UNE CRITIQUE DU FILM


AU PREMIER REGARD 
(The way he looks)
Brésil, 2014, 1h36, VOSTF
de Daniel Ribeiro
avec Guilherme Lobo, Fabio Audi, Tess Amorim
Teddy Award du Meilleur Film à la Berlinale 2014
C’est la fin de l’été à São Paulo. Leonardo, 15 ans, est aveugle. Il aimerait être plus indépendant, étudier à l’étranger, mais aussi tomber amoureux. Un jour, Gabriel, un nouvel élève, débarque dans sa classe. Les deux adolescents se rapprochent et progressivement, leur amitié semble évoluer vers autre chose.
Après le très grand succès de son court-métrage, «I don’t want to come back alone» (présenté à In&Out 2012), Daniel Ribeiro reprend son histoire et ses acteurs pour proposer une variation en version longue de sa bouleversante histoire d’amour entre deux jeunes brésiliens, dont l’un est aveugle. Un belle réflexion sur la différence et la recherche d’identité.

VOIR LA BANDE ANNONCE (sous-titre anglais)

Les Ouvreurs s’invitent aux Teddy Awards

C’est avec beaucoup de fierté et de plaisir, mais aussi avec un grand sentiment de responsabilité, que Benoît Arnulf a accepté d’être membre du prochain jury des Teddy Awards 2013, à l’invitation de Wieland Speck, créateur de cette manifestation qui apparaît comme le plus grand moment du cinéma LGBT (Lesbien, Gay, Bi et Trans.) au monde.
Directeur artistique des Rencontres In&Out et président de l’association Les Ouvreurs, il est le premier français à occuper cette place depuis plus de dix ans et il est très impatient de savourer pleinement une expérience personnelle aussi enrichissante.
Les Teddy Awards, dont c’est la 27ème édition, se tiendront du 7 au 16 février prochain à Berlin et sont officiellement intégrés au Berlin International Film Festival. Distribués depuis 1987, au sein des films sélectionnés dans les différentes sélections de la Berlinale, les Teddy Awards sont des prix récompensant les plus talentueuses productions cinématographiques qui évoquent l’homosexualité au cinéma. Représentés par des Ours en peluche (selon un design de l’immense dessinateur gay allemand Ralf Koning), d’où leur nom, ils sont décernés par neuf membres d’un jury international, pour la plupart organisateurs de Festivals de films gay et lesbiens.
La cérémonie de remise des prix se tiendra le 15 février 2013 et sera retransmise en France par la chaîne franco-allemande ARTE et c’est Xavier Leherpeur qui en assurera le commentaire français.
Commentant sa présence aux Teddy Awards, Benoît a tenu à préciser qu’il voyait sa participation à ce jury comme la formidable opportunité de partager sa passion cinéphile avec d’autres programmateurs de festival internationaux, tout en découvrant la meilleure production mondiale actuelle en matière de cinéma Queer. Découvertes qu’il espère pouvoir faire partager avec le public niçois des prochaines Rencontres In&Out 2013, prévues du 16 au 24 avril prochain. Cette année, In&Out fêtera d’ailleurs son 5ème anniversaire et sera donc, plus que jamais, un évènement majeur dans la vie culturelle de la région, à ne manquer sous aucun prétexte ! Plus généralement, il espère que sa présence à Berlin permettra de mettre en lumière la grande diversité des Festivals gay et lesbien français, divers et très riches dans leurs propositions artistiques.

Les Ouvreurs dans Tétu

Voici un article du dernier numéro de Tétu (déc. 2010) sur les nouvelles orientations des Festivals de Films LGBT français. Les amateurs de Quartier d’été, nos séances en plein air estivales au terrain de tennis de la Semeuse, reconnaîtront les photos qui lui servent d’illustrations.

(double cliquez sur l’image pour l’agrandir et lire le texte) 

Avancée historique en matière de droit des trans.

La question trans, grande thématique qu’a choisi de mettre en avant les prochaines Rencontres In & Out (6-13 avril 2010), s’est invitée de manière inattendue et très positive dans l’actualité politique française de ce début d’année.

En effet, nouvelle grande victoire sur le plan du droit des queer,  le transsexualisme n’est plus considéré comme une maladie mentale en France, premier pays au monde à sortir le transsexualisme de la liste des affections psychiatriques, par un décret publié au Journal officiel. Ce décret du ministère de la Santé supprime «les troubles précoces de l’identité de genre» d’un article du code de la Sécurité sociale relatif aux « affections psychiatriques de longue durée.« 

Cette avancée historique s’inscrit dans continuité de l’instauration du PACS en 1998 et de la grande période de libéralisation qu’avait ouverte l’élection de François Mitterrand à la Présidence de la République : loi du 4 août 1981 permettant d’ amnistier les outrages publics à la pudeur aggravés pour l’homosexualité ainsi que les actes contre nature réalisés avec un mineur de 18 ans ; loi du 4 août 1982 mettant fin à l’inégalité dans l’âge de la majorité sexuelle entre hétérosexuels (15 ans) et homosexuels (18 ans) ; loi du 13 juillet 1983 abrogeant l’article 40 du Code de la fonction publique qui disposait qu’un fonctionnaire doit être de bonne moralité ; suppression de l’alinéa 2 de l’article 331 du code pénal, hérité du régime de Vichy, qui incriminait « quiconque aura commis un acte impudique ou contre nature avec un individu mineur du même sexe »; instructions mettant fin aux aux discriminations exercées par les services de police à l’égard des homosexuel et retrait de l’homoxesualité de la liste des maladies mentales.

La France est le premier pays au monde à ne plus considérer le transsexualisme comme pathologie mentale, s’est félicité vendredi auprès de l’AFP Joël Bedos, responsable français au Comité IDAHO (International Day Against Homophobia and transphobia).

En illustration, une image du film « L’ordre des mots » de Cynthia et Melissa ARRA, programmé lors des Rencontres In & Out 2010 dans la section « Documentaires au présent ».

Source AFP, Marianne et Tétu

Le Refuge de Montpellier a besoin de soutien

by benoit
Depuis que nous leur avons rendu visite, l’été dernier, pour nous rendre compte de l’énorme travail accomplie par Nicolas, Fréderic et tout l’équipe du Refuge, les choses ont beaucoup évolué.
A force de de mobiliser l’attention des élus, des médias et de tout ceux qui se sentent concerné par le devenir ses jeunes gay sans toit, plus personne n’ignore l’existence de ce lieu exemplaire et unique (jusqu’à l’ouverture prévue d’un deuxième refuge dans la région parisien).
Hélas, outre les grandes difficultés pour maintenir à flot le dispositif de pris en charge très couteux (en tentant d’augmenter la capacité d’hébergement devant les demandes croissante) un retour de bâton inattendu à cette belle visibilité est rapidement arrivée sous la forme de menace à l’encontre des jeunes hébergés dans la structure.
Les Ouvreurs relaient le communiqué des responsables du Refuge et encourage tout le monde à participer à la campagne d’envoie de lettre au président de la République pour l’inciter à réagir face à cette intolérable situation : 

Les responsables du Refuge, une association d’aide et de soutien à de jeunes homosexuels à Montpellier, ont annoncé jeudi qu’ils allaient porter plainte après avoir reçu des menaces de mort à l’encontre des jeunes que la structure héberge.
Avant cela, très inquiets pour la sûreté des jeunes, ils réclament « le soutien de la classe politique et des responsables associatifs ».
Ils souhaitent notamment que le maire (PS) de Montpellier, Hélène Mandroux, prenne des dispositions « pour assurer la sécurité des résidents ».
Structure unique en France, le Refuge accueille temporairement, dans plusieurs appartements qu’elle loue à Montpellier, des jeunes homosexuels, souvent rejetés par leur famille en raison de leur homosexualité.
Avant, toutes ces personnes on les enfermait dans les asiles vu qu’il leur manque des neurones, ils ont la tête creuse, ils préfèrent aimer contre nature », écrit notamment l’auteur du courrier. Dans un post-scriptum, celui-ci menace : « On connaît toutes les habitudes de vos protégés et croyez-nous on va les +criblés+ de plombs et les mettre en pièces détachées pour les punir« . La lettre est signée, l’écriture du nom pouvant donner lieu à plusieurs lectures.
Les responsables du Refuge ont déclaré à l’AFP qu’ils porteraient plainte lundi auprès du procureur de la République.
Le Refuge a fait l’objet de nombreux reportages dans les medias. Le photographe Jean-Marie Périer a recueilli récemment des témoignages de personnes hébergées qu’il a réunis dans un livre, « Casse-toi ».

MONTPELLIER, 18 février 2010 (AFP)

Campagne LIGNE AZUR dans les collèges et les lycées

Le ministère de l’Education nationale va mettre à disposition des lycées et collèges une affiche et des cartes mémo destinées aux jeunes se posant des questions sur leur orientation sexuelle. Ce matériel d’information et de sensibilisation renverra vers le dispositif Ligne Azur.

Le 3 février dernier, le ministre de l’Education nationale Luc Chatel avait rappelé en clôture du 6ème forum de la Fondation Wyeth pour la santé des enfants et des adolescents, qu’il entendait s’attaquer en 2010 à l’ensemble des discriminations, y compris les discriminations liées à l’orientation sexuelle.

Extrait de son intervention  :

« Je ne saurais non plus accepter qu’un adolescent soit maltraité, voire harcelé, par ses camarades en raison de ses préférences sexuelles. Nous connaissons tous la douloureuse réalité des chiffres. Selon le dernier baromètre santé de l’INPES la prévalence des pensées suicidaires dans une année est de 12, 9 % chez les jeunes homosexuels et bisexuels alors qu’elle n’est que de 6, 4 % chez les jeunes hétérosexuels. Soit deux fois plus de pensées suicidaires chez les jeunes homosexuels et bisexuels. Plus dramatique encore, selon une étude de l’INSERM en 2005, les jeunes hommes homosexuels ont 13 fois plus de risques de faire une tentative de suicide que les jeunes hommes hétérosexuels. 
Nous connaissons aussi la souffrance de celles et ceux qui s’interrogent sur leur sexualité. Voilà pourquoi j’ai tenu à ce que l’Éducation nationale lance dès le mois de mars une nouvelle campagne d’information sur la ligne Azur dans tous les lycées et les collèges. Il s’agit de faire connaître ce numéro d’écoute à ceux qui se posent des questions sur leurs préférences sexuelles. Il s’agit aussi de leur offrir un espace de partage, de dialogue et d’écoute pour combattre le repli sur soi, l’isolement et la peur du regard des autres. Dans le cadre du plan santé que je prépare, je tiens à intégrer un volet sur le bien-être et l’équilibre psychique des adolescents. Il me paraît dès lors essentiel de mettre en place un accompagnement plus personnalisé pour les jeunes en souffrance, notamment parce qu’ils s’interrogent. »



Teddy Awards 2010, la famille homoparentale et Werner Schroter à l’honneur

by benoit

Comme chaque année depuis 24 ans, en marge du tentaculaire Festival International du Film de Berlin, a lieu la cérémonie des Teddy Awards, qui récompensent les films queer présents dans la sélection officiel de la manifestation. Voici les résultats pour l’édition 2010 :

Pour le MEILLEUR FILM, 3 films étaient nominés Howl de Rob Epstein et Jeffrey Friedman, The Kids Are Alright de Lisa Cholodenko et Mine vagantide Ferzan Ozpetek. Le Teddy 2010 du Meilleur Film revient à The Kids are alright de l’américaine Lisa Cholodenko, un film sur la famille homoparentale, où un couple de lesbienne (Julianne Moore et Annette Bening) décide de retrouver le père biologique de leur deux enfants, devenu adolescent. Selon le jury «  c’est avec brio et humour que la réalisatrice a su aborder les problématiques rencontrées par les couples lesbiens, mais aussi la complexité de la sexualité, des relations et des liens familiaux« .

Pour le MEILLEUR FILM DOCUMENTAIRE OU ESSAI, les 3 films nominés étaient I Shot My Love de Tomer Heymann, La bocca del lupo de Pietro Marcello et Postcard to Daddy de Michael Stock. Le Teddy Award du Meilleur Film documentaire a été attribué à La bocca del lupo de Pietro Marcello. Comme le dit le jury « grâce à la conception poétique d’un espace géographique qui lui est personnel, le réalisateur réussit à repousser les limites du film documentaire conventionnel. Une très belle méditation sur l’amour face au temps qui passe« .

Pour le MEILLEUR COURT METRAGE, les 3 films nominés étaient Covered de John Greyson, The Feast Of Stephen de James Franco, Franswa Sharl de Hannah Hilliard. Le Teddy Award du meilleur court-métrage a été attribué à James Franco pour son film The Feast Of Stephen. Selon le jury « Sans aucune peur, le réalisateur a su adapter à l’écran un poème qui aborde l’un des aspects les plus sombres de la passion et du fantasme adolescent« .

Un PRIX DU JURY a été décerné Open de Jake Yuzna et, le jury ayant tenu à saluer « les débuts courageux du cinéaste Jake Yuzna, qui avec son film Open, a su explorer toute l’étendue de l’amour et des relations transgenres« . 
De même comme chaque année le SPECIAL TEDDY AWARD a couronné la carrière et les films du réalisateur allemand Werner Schroeter. « Grand anticonformiste du Nouveau Cinéma allemand, expérimentaliste radical devenu incontournable à l’image des grands réalisateurs comme Fassbinder, Herzog ou Wenders. Il a été l’un des représentants majeurs du Jeune Cinéma allemand émergent, l’un des principaux exposants de la culture gay au sein du mouvement précoce d’émancipation de l’Allemagne de l’après-guerre. En réintroduisant des extraits de la culture européenne, de l’opéra et en prenant le meilleur des grandes émotions américaines, Werner Schroeter pense l’opéra. Il illustre nos désirs et présente des œuvres qui nous atteignent à la perfection. Les films de Werner Schroeter sont une sorte de révolution esthétique et d’inspiration émotionnelle dont la dénotation se situe bien au-delà des mots.« 


Ici, Werner Schroter reçoit un Lion d’or Spécial pour l’ensemble de son oeuvre, lors de la 65e Mostra de Venise, en 2008.

Cinéffable 2009, 21ème estival du film lesbien de Paris

by benoit
Le 21e festival international lesbien et féministe de Paris Quand les lesbiennes se font du cinéma se tiendra du 29 octobre au 2 novembre 2009.
Cette année encore, la sélection est riche de quelques 70 films qui offrent à nos regards curieux un espace de réflexion sur les lesbiennes d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi sur des pratiques et des modes de vie éloignés ou ignorés des nôtres. L’Afrique est ainsi à l’honneur avec 3 films bouleversants, mais aussi d’autres longs, d’autres courts métrages qui, des Etats Unis à l’Allemagne en passant par les Bahamas dressent l’inventaire d’un monde riche et créatif : le nôtre ! Le large éventail géographique et culturel de l’univers lesbien et féministe nous sera ainsi dévoilé, les difficultés d’être exposées et le plaisir (re) montré.
+ d’infos sur le site de Cinéffable