Le mot des Ouvreurs

Accueil  /  Page courante

Festival_2016_banner_site-les-ouvreurs_2048x614px

Voici venu le temps des 8e Rencontres In&Out. Le festival du film Gay et Lesbien de Nice, qui s’étend désormais à Cannes et à Beaulieu-sur-mer, offre un rendez-vous cinématographique incontournable autour des diversités sexuelles.

Après avoir questionné en 2015 les risques de marginalisation pour des cultures qui se revendiquent « gays et lesbiennes », nous souhaitons poursuivre cette année notre réflexion autour des moyens de transmission de ces mêmes cultures, en nous plaçant sous des auspices nietzschéens : Le Crépuscule des idoles.

Allen Ginsberg, André Gide, André Téchiné, Andy Warhol, Annemarie Schwarzenbach, Audre Lorde, Bambi, Bruce LaBruce, Cary Grant, Chantal Akerman, Christine Jorgensen, Coccinelle, Colette, Constantin Cavafy, David Bowie, Emily Dickinson, Francis Bacon, James Baldwin, François Villon, Françoise Sagan, Freddie Mercury, Gertrude Stein, Greta Garbo, Gus Van Sant, Guy Hocquenghem, Harvey Milk, Hélène Cixous, Hervé Guibert, Jacques Demy, James Dean, Jean Cocteau, Jean Genet, Jean- Louis Bory, Judith Butler, Keith Haring, Lionel Soukaz, Lou Reed, Luchino Visconti, Magnus Hirschfeld, Marcel Jouhandeau, Marcel Proust, Marguerite Yourcenar, Marie France, Marlene Dietrich, Michel Foucault, Michèle Causse, Monique Wittig, Natalie Clifford Barney, Oscar Wilde, Patrice Chéreau, Paul Vecchiali, Paul Verlaine, Pedro Almodóvar, Paul Bowles, Philippe Vallois, Pier Paolo Pasolini, Rainer Werner Fassbinder, Reinaldo Arenas, Renée Vivien, Robert Mapplethorpe, Sapho, Simone de Beauvoir, Tom of Finland, Truman Capote, Violette Leduc, Virginia Woolf, Walt Whitman, William Burroughs, Yves Navarre… pour ne citer qu’eux.

Ces idoles — artistes, cinéastes, auteur-e-s, intellectuel-le-s, militant-e-s — nous sont diversement familières, certaines ayant souffert, plus que d’autres, des effets du temps sur nos mémoires. Mais toutes constituent — au travers de leurs vies, leurs œuvres ou leurs luttes — la matière première de ce continent culturel aux multiples facettes. Et elles en indiquent toujours le chemin, même si leurs voix ne sont plus aussi vivaces que nous le souhaiterions. Gardons à l’esprit que le crépuscule désigne avant tout la faible lumière qui résiste à la tombée du jour et aux ténèbres.

David Bowie et Chantal Akerman — tous deux récemment disparus — mais encore Marcel Proust ou Pier Paolo Pasolini sont d’excellents guides dans ce cheminement de pensées. Témoins d’époques soumises à de fortes mutations, leurs œuvres offrent une formidable réflexion sur l’importance du passage de relais autant qu’elles constituent des points de repère pour qui tente de se construire en dehors de la norme. Il nous est apparu important de leur accorder une place de choix dans notre programmation, pour faire à notre manière notre travail de passeurs de mémoire.

D’autres films entrent aussi dans cette thématique (4.48 (sur les traces de Sarah Kane), Je ne suis pas féministe mais…, La Belle saison, La Sociologue et l’Ourson, Les pensées de Paul, Velvet Goldmine, Basquiat…) de même que Le Banquet d’Auteuil, pièce de Jean-Marie Besset dont nous proposons une magnifique captation.

D’autres thématiques viendront nourrir une programmation riche d’une soixantaine de films, longs métrages et courts métrages confondus : un hommage à PAUL VECCHIALI en quatre films et une rencontre animée par MATTHIEU ORLEAN, spécialiste de son cinéma ; un focus autour du cinéma queer mexicain pour accompagner la présence de PAVEL CORTES et bien sûr une programmation plus spécialement dédiée aux filles (My body, my rules, 4.48 (sur les traces de Sarah Kane), The Chambermaid Lynn ou encore Je, tu, il, elle).

Les Ouvreurs accueilleront, comme à leur habitude, de nombreux-ses artistes pour l’occasion : PAUL VECCHIALI pour l’hommage qui lui sera rendu (Once more (encore), C’est l’amour, Bareback ou La guerre des sens, + si @ff (en tout bien tout bonheur)), JACQUES MARTINEAU, accompagné de son acteur GEOFFREY COUËT (Théo et Hugo dans le même bateau), NATHAN NICHOLOVITCH (De l’ombre il y a qui a), EMILIE JOUVET (My body, my rules), SYLVIE TISSOT (Je ne suis pas féministe mais…) mais aussi VERONIQUE AUBOUY pour une performance autour de Marcel Proust (Tentative de résumer A la recherche du temps perdu en 60 minutes chrono), DIDIER ROTH-BETTONI pour une conférence sur les cinéastes gays qui ont réinventé les images de l’homosexualité (« Ceux qui ont osé« ) et ESTHER CUEN, directrice artistique de Cinémarges, festival LGBT de Bordeaux à qui nous avons offert une carte blanche.

Et pour la seconde année, In&Out propose une compétition officielle et ses prix sur mesure, les « Esperluettes ». Le jury offre à nouveau une grande diversité avec PAVEL CORTES, directeur artistique des Premio Maguey, prix LGBT du Festival international du film de Guadalajara ; STEPHANE GERARD, cinéaste venu l’an dernier présenter Rien n’oblige à répéter l’histoire ; KARINE LAMBERT, universitaire spéciale de l’histoire du genre et ERWANN LE HÔ, président du Centre LGBT Côte d’Azur.

Nous avons hâte de vous y retrouver.

Benoît Arnulf
Directeur artistique d’In&Out