Rétrospective Sébastien Lifshitz

Accueil  /  Page courante

SEBASTIEN LIFSHITZ

Rétrospective Sébastien Lifshitz, en partenariat avec la Cinémathèque de Nice

Mercredi 16 septembre 19h
MASTER CLASS
Le cinéaste reviendra sur son travail au gré des questions de Jean-Sébastien Chauvin, enseignant, historien et critique cinématographique.
« Il dit avoir fait du cinéma sans s’y être destiné.
À la sortie de l’École du Louvre, un court métrage en forme d’injonction, Il faut que je l’aime, en 1994. Plus de vingt ans et dix films plus tard, Sébastien Lifshitz a construit une œuvre funambule qui oscille avec grâce entre fiction et documentaire pour explorer la pluralité de nos identités, comme pour mieux en faire saillir la beauté. » Serge Lasvignes, président du Centre Pompidou, à propos de Sébastien Lifshitz.
suivi de PETITE FILLE
France, 2021, 1h25, documentaire
Sélection officielle « Section Panorama », Berlinale 2020
Sasha, petite fille de 7 ans, est née dans un corps de garçon. Courageuse et intraitable, sa mère Karine, portée par un amour inconditionnel, mène une lutte sans relâche pour faire comprendre sa différence. → avant-première
en présence de sébastien lifshitz

Jeudi 17 septembre 14h
WILD SIDE
France, 2004, 1h33
Avec Stéphanie Michelini, Yasmine Belmadi, Edouard Mikitine
La rencontre d’un trio de marginaux, un émigré russe, une femme trans et un jeune maghrébin, dans le Paris contemporain, et l’amour qui naît entre eux. Leur alliance sera d’autant plus forte qu’elle se déroule sur fond de clandestinité et de mort.
précédé de JOUR ET NUIT – France, 2008, 8 min
Sébastien Lifshitz filme un jeune modèle, avec en tête le film Heat d’Andy Warhol et Paul Morrissey, qu’adolescent il a beaucoup admiré.

Jeudi 17 septembre 17h
PRESQUE RIEN
France-Belgique, 2000, 1h35
avec Jérémie Elkaïm, Stéphane Rideau, Marie Matheron, Dominique Reymond,
Mathieu, 18 ans, est en vacances avec sa mère et sa sœur dans un village de bord de mer. Avec eux, il y a aussi Annick, qui veille sur sa mère, désemparée depuis la mort de son dernier enfant. Sur la plage, Mathieu rencontre Cédric, un garçon de son âge. Commence alors ce qui ressemble à une aventure de vacances.
précédé de IL FAUT QUE JE L’AIME – France, 1994, 10 min
avec Valérie Mréjen, Philippe Demarle, Hélène Foubert, Florence Giorgetti
Juliette, 25 ans, est assise à une table de cuisine. Elle était avec un homme, elle vient de rencontrer une femme.

Vendredi 18 septembre 14h 
BAMBI
France, 2013, 1h05
Teddy Award du Meilleur documentaire, Berlinale 2013
Marie-Pierre est née en 1935 dans la banlieue d’Alger et s’appelait alors Jean-Pierre. Animée par la conviction d’être différente, elle quitte sa terre natale pour aller à Paris et répondre à une irrépressible volonté de s’accomplir. Sous le nom de Bambi, elle intègre la troupe du mythique cabaret le Carrousel, aux côtés de Coccinelle et Capucine, et devient rapidement une vedette du music-hall.
précédé de LES CORPS OUVERTS – France, 1997, 48 min
avec Margo Abascal, Karim Belkhadra, Yasmine Belmadi, Mohamed Damraoui
Prix Jean Vigo du court métrage, en 1998
À 18 ans, Rémi partage son temps entre le lycée qui l’ennuie, sa famille, son ami Thomas et l’épicerie où il travaille le soir. Il se rend à un casting et charme Marc, le réalisateur, tant par son jeu que par son physique. Marc et Rémi couchent ensemble et Rémi ne sait plus trop où il en est après cette expérience.

Vendredi 18 septembre à 20h
LES INVISIBLES
France, 2012, 1h55, documentaire
César du Meilleur documentaire 2013
Des hommes et des femmes, nés dans l’entre-deux-guerres n’ont d’autre point commun que le fait d’être homosexuels et d’avoir choisi de le vivre au grand jour, à une époque où la société les rejetait. Ils ont aimé, lutté, désiré, fait l’amour. Aujourd’hui, ils racontent ce que fut cette vie insoumise.